À Dammarie-les-Lys, une population hors tout contrôle sanitaire dans deux bidonvilles: une bombe à 25 minutes de Paris

Bidonville à Dammarie Photo: DR
Bidonville à Dammarie Photo: DR

Les mesures de confinement imposées pour enrayer la progression du coronavirus sont difficiles à imposer à une population clandestine hors tout contrôle. Ainsi, à Dammarie-les-Lys, une ville limitrophe de Melun, en Seine-et-Marne, à forte population immigrée, deux bidonvilles de presque mille personnes inquiètent.

Deux grands campements, de 400 et de 600 personnes, se sont installés en toute illégalité sur des terrains privés depuis plusieurs mois. Le premier, situé dans un très grand bâtiment désaffecté de la société Eiffage, abrite 432 Moldaves, mais son effectif évolue constamment.

L’autre campement sauvage occupe les friches en bords de Seine appartenant à la Cooper et au Port Autonome de Paris. Il compte environ 600 tziganes. Là aussi, la population est mouvante.

Depuis leur installation au mois d’octobre, c’est le climat de l’insécurité permanente; et des plaintes sont quotidiennes, notamment pour des vols dans les commerces. Désormais, il s’agit aussi de l’aspect sanitaire: les habitants paniquent de voir ces deux bombes à retardement.

Selon le témoignage du directeur de la supérette Coccinelle Express, rapporté par le Parisien, la population ne respecte pas les consignes. “Au début du confinement, c’était la catastrophe. Ils arrivaient toujours en groupes. Il a fallu que notre agent de sécurité fasse la police et leur fasse comprendre que les clients entrent désormais un par un dans le magasin.

Selon les associations communautaires roms, “C’est un problème de santé publique. On est en pleine crise et il y a un laisser-aller complet. Il n’y a pas ou peu de suivi sanitaire. On leur dit de rester confiné. Mais ils n’en tiennent pas compte, ils ont des comportements asociaux. La préfecture a des chargés de mission qui ne nous contactent jamais, qu’on ne voit jamais sur le terrain… L’État s’en fout!“, s’indigne un responsable départemental toujours auprès du Parisien.

On peut aisément imaginer des conséquences tragiques en cas de contamination au sein d’un de ces bidonvilles.

Source: Le Parisien/République 77

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici