Trump désigne le danger par son vrai nom: le “virus chinois”. Le parti communiste chinois l’accuse de racisme

Donald Trump/DR
Donald Trump Photo DR

“Il est venu de Chine. Je pense que c’est une formule très exacte”, a justifié le président des États-Unis qui appelle un chat un chat, en parlant de “virus chinois” pour désigner la menace virale. L’utilisation de cette appellation par Donald Trump fait enrager les autorités chinoises qui crient au racisme.

L’expression était déjà utilisée depuis plusieurs jours par Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, qui ne parle désormais plus que de “virus chinois” ou “virus de Wuhan”, du nom de la ville chinoise, foyer de la pandémie mondiale.

“Nous sommes fortement indignés”, a réagi un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, prétextant une “stigmatisation” de son pays. L’agence de presse officielle Chine nouvelle a dénoncé l’utilisation d’expressions “racistes et xénophobes pour rejeter la responsabilité de l’épidémie sur d’autres pays”.

Le parti communiste chinois ne sait plus quoi faire pour tenter d’occulter que le virus est apparu pour la première fois en décembre à Wuhan. Dans le plus grand esprit orwellien de ce régime, alors que les autorités chinoises parlent de “virus italien”, elles s’offusquent qu’on rappelle les origines chinoises de la pandémie.

Une inversion de la réalité digne de 1984, où le ministère de la Vérité éradique les preuves de la guerre passée entre l’Océania et l’Eurasia, lorsqu’il déclare la guerre à l’Estasia afin que toutes versions de l’Histoire ainsi corrigées affirment que l’Océania a toujours été en guerre contre l’Estasia et jamais contre l’Eurasia.

Pékin veut supprimer toute association du virus à la Chine, pour se disculper de sa responsabilité dans la catastrophe sanitaire qui frappe actuellement le monde. Ainsi pour le gouvernement chinois, rappeler le foyer originel du virus serait du racisme… Et comme le racisme: c’est mal! Eh bien, il faudrait oublier la culpabilité du régime communiste chinois.

Fidèle à sa nature mensongère, un porte-parole de la diplomatie chinoise a même accusé l’armée américaine d’être à l’origine du virus, alors que des soupçons impliquant le gouvernement chinois sur son origine n’ont toujours pas été dissipés.

“Je n’ai pas apprécié le fait que la Chine dise que notre armée leur avait transmis le virus. Notre armée n’a rien transmis à personne!”, a rappelé Donald Trump, expliquant, très remonté, qu’il parlait de “virus chinois” en réponse à ces insinuations.

Source: Actu Orange

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici