VIDEO. Aux César, Ladj Ly joue les faux-culs, à l’after sa véritable nature de racaille resurgit

Ladj Ly, le réalisateur-racaille du film Les Misérables/DR
Ladj Ly, le réalisateur-racaille du film Les Misérables/DR

Le réalisateur de banlieue, ovationné par le show-biz français lors de la dernière cérémonie des César pour son film anti-français: Les Misérables, avait feint un message pacifique lors de la remise du César du meilleur film, qu’il a remporté. Mais la taqiya n’a pas duré, parti en after après la cérémonie, sa haine a resurgi.

“Il est temps de baisser les armes, il est temps de s’unir, il est temps de montrer qu’on fait partie du même pays”, avait-il plaidé quelques instants plus tôt. Puis, lors de sa soirée privée, le cinéaste fête sa victoire sur les “kouffars” en exultant sa joie sur la chanson de rap au titre sans ambiguïté “Fuck le 17” du groupe 13 Block.

La déléguée syndicale Unité SGP Police, Linda Kebbab, a relayé sur Twitter une vidéo de cette soirée où l’on voit le banlieusard fêter son César avec l’animateur de Canal Plus, Mouloud Achour, et la star Vincent Cassel qu’il connaît très bien, ayant travaillé ensemble avec son collectif Kourtrajmé, pour le court-métrage En parler racaille, durant des années.

Tous sont hilares et s’amusent sur la chanson d’une haine anti-flic tellement féroce, qu’elle avait réussi à indigner lors de sa sortie. Surpassant le désormais banal “nique la police”, les rappeurs chantaient “à mort les cops (les flics en anglais), on les abîme”, “j’rêve de plusieurs corps de policiers”, ou encore “mort aux porcs”, un terme haineux désignant les Français.

Une sorte de francisation du terme djihadiste “kouffar” qui signifie “mécréants”. Une jovialité, et une joie de vivre ensemble, mais ensemble sans les “porcs”, entre musulmans et dhimmis. La haine de la France, à travers sa police constitue le fondement de son film, et est naturellement partagée par Ladj Ly et Vincent Cassel qui avait commencé dans La Haine. Les deux se sont bâti un business juteux sur cette haine.

A travers cette image, Ladj Ly, condamné à deux ans de prison ferme pour complicité d’enlèvement et séquestration, montre à nouveau son véritable visage haineux, à l’opposé de ce qu’il a habilement voulu montrer devant les grands médias. Désormais, il ne trompe plus personne.

Source: Valeurs Actuelles

1 COMMENTAIRE

  1. Ne devrait-on pas lui retirer son César ?
    Ca m’étonne de Vincent Cassel qu’il ne se soit pas cassé de ce traquenard

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici