Le patrimoine français tombe en ruine et l’Etat préfère rénover une mosquée au Mali avec votre argent

Le tombeau des Askia à Gao/DR
Le tombeau des Askia à Gao/DR

Le plan de réhabilitation, qui s’étend sur deux ans jusqu’en 2022, doit permettre de sauvegarder “un témoignage spectaculaire de la richesse du patrimoine malien”, a déclaré Valery Freland, directeur de l’Aliph, le fond qui finance à hauteur de 500 000 de dollars le projet en collaboration avec le Mali.

Créée en 2017 à l’initiative de la France, l’Aliph est une organisation internationale de sauvegarde du patrimoine en zone de conflit. Huit pays en sont donateurs: les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Koweit, le Luxembourg, le Maroc, la Suisse, la Chine, et bien sûr la France toujours prête à déverser l’argent des français ailleurs.

Le tombeau des Askia à Gao, un des quatre sites au Mali inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Le site construit en terre en 1495 par l’empereur songhaï Askia Mohamed, comprend un tombeau pyramidal et une mosquée. Celle-ci, l’une des plus grandes de la ville, est encore utilisée par les habitants.

S’il n’y a pas de signe flagrant de dégradation sur le site, le risque est structurel. “Il faut restaurer certains piliers, notamment”, a déclaré le directeur du patrimoine malien, Moulaye Coulibaly, lors d’une visite sur place. De plus il faut y ajouter il faut refaire le mur d’enceinte et de la mosquée attenante au tombeau.

Alors que nombre de joyaux de notre patrimoine, de nos châteaux, de nos églises tombent en ruine, l’Etat français utilise notre argent pour maintenir debout un édifice musulman malien dont la population a chassé la présence française depuis bientôt près de 60 ans.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici