Le patron de Twitter, Jack Dorsey laisse tomber sa lubie d’aller en Afrique: il évoque le coronavirus

Jack Dorsey Photo: Twitter
Jack Dorsey Photo: Twitter

Le patron et fondateur de Twitter, Jack Dorsey a annoncé jeudi qu’il reconsidérait son projet de passer une partie de l’année en Afrique, invoquant notamment l’épidémie de nouveau coronavirus. Or, l’Afrique n’a connu que quelques cas de cette maladie. Un prétexte?

J’ai étudié mon projet de travailler de manière décentralisée, comme nous le faisons, avec mon équipe, lorsque nous sommes en déplacement, mais à la lumière du Covid-19 et de tout ce qui se passe par ailleurs, j’ai préféré reconsidérer cela“, a-t-il écrit sur le compte Twitter des relations investisseurs de Twitter.

Cette annonce de Jack Dorsey intervient une semaine après que des médias américains ont rapporté l’intention du fonds d’investissement Elliott Management de démettre le patron de Twitter.

Le fonds de l’homme d’affaires américain Paul Singer rachète des actions de Twitter. Le milliardaire devrait bénéficier du soutien de nombreux autres investisseurs qui sont très mécontents du développement de l’entreprise et de ses faibles résultats à la Bourse.

L’objectif de Singer est de se débarrasser du président de Twitter, Jack Dorsey, et de mettre fin à sa politique de censure de la droite et de promotion de la gauche sous toutes ses formes, même les plus extrêmes. A titre d’exemple, le compte Twitter de FL24.net a été tout simplement supprimé sans aucune entorse au règlement ni sans donner de raison.

On reproche aussi au patron de Twitter de suivre ses lubies, comme celle de passer 3 à 6 mois de l’année en Afrique, et ne pas se consacrer à 100% à Twitter, puisque Jack Dorsey dirige également Square, une entreprise spécialisée dans le paiement numérique.

Lors d’une conférence dédiée aux investisseurs, Jack Dorsey a qualifié d’erreur l’annonce de son départ. Il a soutenu que le déménagement en Afrique n’était pas un plan pour “simplement se reposer ou prendre un congé sabbatique“, mais pour aider à démontrer la valeur du travail à distance et à “comprendre comment ne pas être surchargé à cause des fuseaux horaires“.

Il a indiqué avoir préféré remettre son projet en question en raison de l’épidémie mondiale de coronavirus: “je dois reconsidérer ce que cela signifie pour moi et pour notre entreprise“.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici