Facture sociale: le maire de Saint-Maur condamné à construire des logements sociaux?

Logements HLM/DR
Logements HLM/DR

Le socialisme ne s’établit jamais de façon volontaire, mais toujours par la force de l’Etat. Celui-ci impose le quota de 25% de HLM à Saint-Maur, sans quoi s’abattent sur la commune des millions d’euros que payeront les contribuables. Le maire s’est donc résolu à en construire.

Si l’objectif de 25% est “absurde” comme l’affirme Sylvain Berrios, le maire (LR) de la ville, il a signé le 18 février dernier, le nouveau Contrat de mixité sociale (CMS) avec la préfecture pour porter jusqu’à 12% de logements sociaux. Jusqu’ici, la mairie payait 6,4 millions d’euros d’amende.

Une décision qu’il a prise forcé par la loi, et par le pouvoir exécutif. Car étant une ville en dessous du quota imposé par l’Etat, la préfecture avait obtenu le droit de préemption. Après le contrat qui annonce ces logements sociaux, elle le partage désormais avec la mairie.

Plus de 4 000 logements sont en cours de construction dans cette ville de 75 000 habitants, dont un important programme immobilier dans la ZAC des Facultés. Comme l’exige la loi, 30% de ces nouveaux appartements seront des logements sociaux.

“Il n’y aura ni tours ni barres”, promet le maire, qui veut que les HLM soient discrets. Car la vérité, c’est que personne n’en veut. Et tous redoutent ces nouveaux voisins qui viendront s’installer aux frais du contribuable. A l’injustice s’ajoutera peut-être même l’insécurité. La double peine pour ces habitants qui payent ainsi deux fois la facture du socialisme.

Source: Les Echos

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici