Défilés de la Fashion Week maintenus: une grosse prise de risques

Photo / PxHere
Photo / PxHere

La Macronie semble faire preuve d’incohérence dans la gestion du coronavirus. Les concerts et les représentations dans les salles de plus de 5 000 personnes sont interdits, le semi-marathon de Paris est annulé… mais la Fashion Week est maintenue dans la capitale.

Une décision parfaitement absurde. Pourquoi?

La Fashion Week est un événement mondial: des représentants de la mode du monde entier convergent vers Paris pour assister aux grands défilés des marques françaises, rencontrer les couturiers, assister à des soirées jet-set, etc. C’est donc une situation de risque maximum dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus. Pourtant, la plupart des manifestations prévues sont maintenues.

Le Figaro Madame raconte. “L’ombre du coronavirus plane sur les défilés parisiens. Pour autant, la panique n’a pas gagné les rangs. Anna Wintour est toujours fidèle au poste, les célébrités répondent présentes et les règles de placement hiérarchique sont toujours appliquées à la lettre, signes qu’en apparence tout va bien. Depuis lundi 24 février, la Fashion Week de Paris se déroule donc presque normalement. À quelques détails près. D’ordinaire présents en masse, les acheteurs, influenceurs et journalistes chinois, forcés de rester chez eux en quarantaine, n’ont pas eu d’autre choix que de déserter les lieux. De quoi porter un coup dur aux maisons qui redoutent l’impact de cette situation alors que le marché chinois représente plus de 30 % de la consommation de luxe mondiale.”

“Dans les rangées, il n’est pas rare de croiser des convives masqués, notamment ceux qui arrivent de la Fashion Week de Milan, à l’instar de la journaliste Sophie Fontanel. “Je passe mon déjeuner au téléphone à discuter avec diverses autorités pour savoir si j’ai le droit, arrivant de Milan, de faire la Fashion Week. Oui, on me dit, si je porte un masque”, relate-t-elle dans les colonnes du Nouvel Observateur.”

Et là, on tombe sur cette phrase fascinante: “Les mesures de confinement pour les personnes revenant de Chine ou d’Italie ont été levées.” Qu’est-ce que c’est que cette histoire? La France, mobilisée sur tous les fronts de la lutte contre l’épidémie, prend le risque de laisser passer entre les mailles du filet des personnes contaminées, par amour de la mode?

La raison de cette aberration est simple. “S’il faut compter 100.000 euros en moyenne pour un défilé classique, les grandes marques déboursent parfois jusqu’à 5 millions d’euros pour un show spectacle dont le budget est principalement alloué à la mise en scène, aux frais de location de salle et aux mannequins.”

Ce que Le Figaro Madame, très lié au business de la mode, n’ose pas dire à ses lecteurs, c’est que les marques de luxe françaises souffrent terriblement depuis quelques mois. La révolution hongkongaise et la paralysie de la Chine, deux des marchés les plus juteux au monde, ont des répercussions terribles sur les comptes de LVMH, Chanel et autres empires du prestige hexagonal. Dans ce contexte, 5 millions de pertes sèches pour cause d’annulation d’un défilé sont perçues comme un coup terrible porté à la profitabilité et à l’image d’une des rares industries françaises encore florissantes internationalement. Sans compter les conséquences pour l’hôtellerie et la restauration parisiennes de luxe, fortement impliquées dans les Fashion Weeks.

Alors, on prend le risque du virus pour éviter le danger de l’affaiblissement économique d’un secteur stratégique. Bon, ou mauvais calcul? Croisons les doigts pour que ce pari ne se paye pas, dans quelques semaines, par des morts dans les hôpitaux de France et d’ailleurs…

Source: Le Figaro Madame

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici