Les chiffres d’un remplacement silencieux: un Berlinois sur trois est d’origine étrangère

La population de Berlin devient de plus en plus cosmopolite. La proportion d’habitants de la capitale allemande avec des origines étrangères est maintenant de 35%, selon les chiffres officielles de l’Office des statistiques pour 2019.

Il y a dix ans, fin 2009, ce chiffre était d’environ 25%. Le quart des habitants provient de l’immigration, c’est-à-dire les citoyens ayant une nationalité ou une origine étrangère. Depuis lors, ce chiffre a augmenté d’environ un point chaque année.

Sur les 3,77 millions de Berlinois, 2,45 millions sont des Allemands sans aucune origine immigrée, tandis que 1,32 million ont des origines étrangères. Parmi eux, 543 000 personnes ont la nationalité allemande, tandis que 777 000 sont des ressortissants étrangers.

Sur ce 1,3 million de Berlinois issus de l’immigration, 417 000 sont originaires des pays de l’UE, la plupart en provenance de la Pologne voisine (114 000). 182 000 personnes ont des racines turques et 154 000 des racines arabes. 145 000 personnes ont des ancêtres dans les pays de l’ex-Union soviétique.

Le quartier ayant la plus forte proportion de personnes issues de l’immigration est Mitte (Centre) avec 54% d’étrangers. En deuxième position se trouve le quartier turco-arabe de Neukölln, avec une part de 47%. Le chiffre le plus bas (17 %) est le privilège du quartier Treptow-Köpenick, faiblement urbanisé, faisant anciennement partie de Berlin-Est.

Selon les chiffres officiels, ces dix dernières années, la population de la capitale allemande a augmenté de 400 000 personnes. La proportion d’immigrés dans cet accroissement est de 80%. En effet, près de 320 000 étrangers sont venus s’installer à Berlin entre 2009 et 2019.

Comment dit-on “le grand remplacement” en allemand, déjà?

Source: Berliner Zeitung

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici