Émeutes à Mayotte après la mort d’un homme violent, abattu par un policier

Image d'illustration/Twitter
Image d'illustration/Twitter

Mayotte a été hier le théâtre de plusieurs heures d’émeutes à Kaweni, après la mort d’un homme abattu par un policier alors qu’il essayait d’en tuer un autre à coups de matraque. Apprenant la mort de l’homme violent, des dizaines de “jeunes” ont érigé des barrages et saccagé plusieurs commerces. D’importants effectifs des forces de l’ordre ont été déployés pour disperser les émeutiers.

De violentes émeutes ont éclaté dimanche 23 février à Mayotte après le décès d’un individu d’une trentaine d’années qui a été mortellement blessé par un fonctionnaire de police à Kawéni, au nord du chef-lieu Mamoudzou.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime était en train de frapper violemment, à coups de matraque sur la tête, un homme dimanche dans la matinée, lorsque des policiers de la BAC sont arrivés sur les lieux.

Un des fonctionnaires a tenté de stopper l’agression mais l’homme a refusé de cesser ses violences malgré plusieurs sommations. Le policier a dû faire usage de son arme de service, atteignant l’agresseur à l’abdomen. Bien que celui-ci ait été rapidement pris en charge par les secours, son décès a été annoncé vers 18h.

À l’annonce de sa mort, des “jeunes” ont barré une route principale en y érigeant des barricades et en s’en prenant aux automobilistes. Plusieurs commerces, dont un magasin Tati, ont été saccagés et pillés par les émeutiers.

De nombreuses unités de police et de gendarmerie ont été déployées pour disperser les assaillants. La circulation routière n’a pu être rétablie que vers 23 heures et plusieurs zones restaient difficilement sous contrôle.

Le parquet de Mamoudzou a ouvert une enquête afin de déterminer les circonstances exactes du tir mortel. Le policier ayant fait feu a été placé en garde à vue et est actuellement entendu des enquêteurs de la gendarmerie.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici