VIDEO. L214 publie la réalité de l’abattage rituel, et demande son interdiction en France

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Ce jeudi 20 février, l’association de lutte contre la souffrance animale à révélé des images chocs d’un abattoir en Dordogne qui pratique notamment l’abattage rituel pour la viande halal et casher, où les animaux sont égorgés sans avoir été étourdis au préalable, les faisant ainsi atrocement souffrir.

Les images sont sans appel, on y voit des veaux tués selon le rite juif et musulman, certains agonisent de longues minutes, d’autres semblent “se réveiller” et relever la tête après avoir été suspendus par une patte arrière à la chaîne. Des pratiques barbares que la Belgique a interdites cette année sur son territoire.

En France, par dhimmitude, le Conseil d’État a réaffirmé le 20 octobre dernier, qu’il autorisait ces pratiques qui, en plus de faire souffrir l’animal, constituent également un risque sanitaire élevé.

En effet, cette pratique favorise grandement la prolifération des bactéries E.Coli qui sont à l’origine d’intoxications alimentaires d’une gravité extrême qui ont, entre autres, rendu handicapé cet enfant qui est ensuite mort à cause de cette mauvaise nourriture.

Sur ce sujet, comme sur d’autres, la lâcheté des politiques français n’a pas de limite. Il est même difficile d’obtenir des chiffres du nombre de poulets, veaux, moutons ainsi abattus selon ces rites religieux.

Selon un rapport confidentiel du ministère de l’Agriculture dévoilé en 2011, sur l’ensemble des animaux tués en 2010, 40% des bovins adultes l’auraient été sans étourdissement. Ce chiffre est même au-delà des estimations de l’OABA. Pour tenter d’y voir plus clair, en 2017, un nouveau rapport a été commandé. Mais son contenu est resté secret…

Interrogé par Le Parisien qui a relayé la vidéo, Sébastien Arsac, le cofondateur de L214, explique demander l’interdiction de l’abattage sans étourdissement, “parce que tuer sans étourdir l’animal au préalable le fait beaucoup plus souffrir. En Europe, l’étourdissement des animaux est obligatoire avant leur saignée. L’abattage rituel sans étourdissement n’est qu’une dérogation”. Elle semble pourtant devenir une généralisation par la force du changement démographique.

“Bien souvent, pour justifier l’abattage rituel, des musulmans et des juifs de bonne foi expliquent que les sacrificateurs formés font moins souffrir que l’abattage avec étourdissement. C’est faux! Nos vidéos à l’abattoir de Sobeval montrent, par exemple, des gestes de cisaillement qui prolongent la souffrance de l’animal, au lieu d’une saignée franche.”

Il révèle également “qu’un certain nombre de pays musulmans, comme l’Indonésie, acceptent que les animaux soient étourdis pour produire de la viande halal.”

Face à ces faits incontestables, le seul argument de Bruno Fiszon, vétérinaire et grand rabbin de Metz et de la Moselle, membre du Comité national d’éthique des abattoirs, est le point Godwin.

“En Europe, et en France, le parti politique qui prône l’interdiction du rituel, c’est le Rassemblement national […] Ces attaques sont en tout cas très mal vécues par la communauté qui se demande si on veut encore des juifs en Europe. Et je pense que pour les musulmans, c’est pareil.” Vouloir le bien-être animal fait maintenant de vous un nazi…

Source: Le Parisien

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici