L’antiracisme: instrument mortel au service du totalitarisme? L’exemple chinois

Illustration/Wikimedia Commons
Illustration/Wikimedia Commons

Pour censurer et contrôler l’opinion, la gauche dans les pays d’Occident réduit la liberté d’expression avec le politiquement correct. De l’absence du pluralisme au délit d’opinion, nous sombrons dans le totalitarisme. Plus avancée dans ce processus, la Chine se sert aussi de l’antiracisme pour contrôler l’information.

Ce mercredi, le gouvernement chinois a retiré à trois de nos confrères du Wall Street Journal (WSJ), leur carte de presse accrédités en Chine en prenant prétexte du titre d’un éditorial du quotidien américain que le parti communiste au pouvoir a estimé raciste.

Le directeur adjoint du bureau de Pékin du journal, Josh Chin, et la journaliste Chao Deng, tous deux de nationalité américaine, sont visés par cette décision, ainsi qu’un reporter australien, Philip Wen. Ils ont donc cinq jours pour quitter le pays. Il s’agit d’une des mesures les plus liberticides prises par le régime communiste à l’encontre d’un média étranger depuis des années.

Le parti communiste profite de l’épidémie de Coronavirus pour entériner son pouvoir sur la société chinoise, et a sauté sur l’occasion de cet éditorial du 3 février titré: “La Chine est le véritable homme malade de l’Asie”, pour y voir un titre “empreint de discrimination raciale”, selon les mots de son ministre des Affaires Etrangères qui exigeait des excuses.

L’expression “homme malade de l’Asie” est un terme ancien utilisé par certains Occidentaux depuis le XIXe siècle pour décrire la Chine. Il est jugé comme très offensant dans ce pays. Une excuse antiraciste parfaite pour, en vérité, se débarrasser d’une presse qui pointait l’incurie du régime communiste sur la crise sanitaire.

L’article critiquait en effet, la lenteur de la réaction initiale des autorités chinoises après l’apparition, en décembre, du virus à Wuhan, dans le centre de la Chine.

Pour garantir une opacité complète sur l’information en Chine, le parti communiste use de sa meilleure arme idéologique qu’est l’antiracisme, qui n’existe que dans le but de terroriser les occidentaux afin de les empêcher de formuler toute critique à l’encontre des autres.

Source: AFP

4 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici