Décryptage: la photo de Macron qui scandalise le peuple français

Photo / Facebook
Photo / Facebook

C’était hier, à Mulhouse, et cette photo fait le tour des réseaux sociaux. On a beau être habitués à la soumission grandissante de l’État face à l’islamisme, cette fois, ça ne passe pas. En une image, tout et dit, et ce qu’elle dit est grave.

Analysons un peu ce que nous voyons.

À gauche, une islamiste qui assume pleinement son islamisme: en se voilant ainsi, elle est hors-la-loi et elle le sait. Alors, pourquoi le fait-elle? Pour provoquer le Président de la République. En la voyant, il n’a que deux solutions. Soit il exige qu’elle retire son voile immédiatement et la fait interpeller si elle refuse. Il risque alors de perdre, d’un seul coup, l’électorat musulman, voire même de déclencher une émeute. Soit il fait comme si de rien n’était, comme s’il n’avait rien vu, et il se ridiculise aux yeux de la nation. Il a choisi le ridicule. Le pays y voit une trahison. Le représentant suprême de l’ordre est tétanisé par un agent du chaos tranquillement infiltré dans la foule.

Macron n’a pas seulement le droit de critiquer ce voile intégral. Il en a le devoir. En s’interdisant de réagir, il montre la voie à suivre à tous nos policiers et tous nos tribunaux: laissez faire. D’un point de vue tactique, cette passivité est une catastrophe.

La stratégie de la jeune femme a été mûrement pensée. Elle est rusée et déterminée. Elle place le Président de la République, sommet de notre système policier et judiciaire, dans une impasse. Elle l’humilie: elle lui démontre concrètement que son pouvoir politique n’est rien, comparé à la puissance de l’islamisme. La sharia s’impose à la République et la République baisse les yeux, impuissante.

Ainsi, avec cette image, toute la France voit les grands discours de Macron s’effondrer comme un château de cartes. Ses déclarations fumeuses sur le “séparatisme” n’ont plus aucun sens. Cette jeune islamiste lui démontre que, justement, désormais, le Président ne peut plus se “séparer” de l’islamisme. Il est obligé de subir sa présence et de se faire photographier à ses côtés.

À Mulhouse, Macron voulait lancer une phase de grands débats sur l’islam. Le débat est déjà clos: il tient tout entier dans une photographie.

Le ralenti est formel: il y a but. Allah: 1, Jupiter: 0. Et le match ne fait que commencer.

Islamisation: pourquoi Macron ne parle plus que de “séparatisme”

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici