Permier ministre et pas d’immunité? Pourquoi Netanyahou passera en procès le 17 mars?

Benyamin Netanyahu, le Premier minitre israélien/DR
Benyamin Netanyahu, le Premier minitre israélien/DR

Contrairement à la France, où le chef de l’Etat bénéficie de l’immunité, en Israël, le Premier ministre ne jouit pas systématiquement de l’immunité, il doit la demander lors d’un vote à la Knesset, le Parlement israélien. Dans un premier temps, Benyamin Netanyahou l’avait demandé, avant de se raviser.

Mardi 28 janvier, une heure avant le début d’une session parlementaire chargée d’étudier sa demande d’immunité, le Premier ministre israélien à renoncé à sa requête: “J’ai informé le président du Parlement que je retirais ma demande d’immunité. Plus tard, j’anéantirai les allégations ridicules (…) formulées contre moi”.

Il clame son innocence et se dit victime d’une “chasse aux sorcières” des services du ministère public et des médias. “J’ai décidé de ne pas laisser ce jeu malsain continuer”, s’est-il défendu ce jour là.

Ayant donc refuser l’immunité, le ministère israélien de la Justice a annoncé aujourd’hui que son pour corruption, fraude et abus de confiance débutera le 17 mars, quinze jours après les élections législatives.

En plus du procès, Netanyahou, à la tête du Likoud, le parti de droite, se bat pour sa vie politique lors des élections du 2 mars, après des résultats non concluants en avril et septembre.

A 70 ans, le Premier ministre israélien est accusé d’avoir accepté près de 265 000$ de cadeaux, dont les procureurs ont indiqué qu’il s’agissait de cigares et de champagne. Il nie toute malversation dans les trois dossiers de corruption ouverts à son encontre. Pour le chef de corruption il encourt dix ans d’emprisonnement et une peine maximale de trois ans pour fraude et abus de confiance

Source: Reuters, AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici