L’horreur! L’enlèvement et le mariage forcé de cette chrétienne de 14 ans, validé par la justice

Huma Younus, chrétienne Pakistanaise de 14 ans, enlevée et mariée de force à un musulman/Facebook
Huma Younus, chrétienne Pakistanaise de 14 ans, enlevée et mariée de force à un musulman/Facebook

L’ONG Aide à l’Église en détresse (AED), Huma Younus pourrait “devenir le symbole de la pratique des enlèvements de jeunes chrétiennes par des musulmans”. Cette jeune fille, née le 22 mai 2005, a été enlevée le 10 octobre dernier par un musulman, Abdul Jabbar, et mariée avec lui, comme cela se pratique souvent au Pakistan. 

Coupée de tout contact avec sa famille, Huma est désormais retenue à 600 km de sa maison natale. Mais ses parents ont porté son cas devant la Haute Cour de Karachi, capitale de la province du Sindh où ils habitent. Ils espéraient que le “Child Marriage Restraint Act” (Loi limitant les mariages avec des mineurs), adopté par la province du Sindh en 2014, s’appliquerait.

Mais la Haute Cour, a jugé que le mariage entre la chrétienne mineure et son ravisseur, est valide puisque, comme le commande la charia (loi islamique), quel que soit son âge, une fille peut être mariée après ses premières règles.

Selon l’avocate des parents de Huma Younus, Tabassum Yousaf, le Child Marriage Restraint Act aurait été formulé et approuvé au Pakistan « dans le seul but d’améliorer l’image du pays dans l’opinion internationale, d’obtenir des fonds d’aide au développement et de pouvoir commercialiser librement des produits pakistanais sur le marché européen ».

Le dégoût des parents est d’autant plus grand qu’ils n’ont pu voir leur fille à la Haute Cour de Karachi malgré les injonctions de la justice. Le policier responsable, Akhtar Hussain n’a donné aucune explication de son absence.

Il conserve une attitude ambiguë depuis le début de l’affaire, ce qui suscite de forts soupçons de collusion avec le ravisseur, Abdul Jabbar. “Il est clair que la police aide le ravisseur” explique l’avocate des parents, Tabassum Yousaf qui relate un fait trahissant la complicité.

Le jugement de la Haute Cour de Karachi était très attendu dans la minorité chrétienne du Pakistan. Celle qui représente environ trois millions de personnes, soit 2% de la population, est régulièrement la cible d’attentats et souffre de diverses persécutions. Dont les enlèvements de nombreuses jeunes filles par des musulmans qui les épousent de force puis les obligent à se convertir à l’islam.

Interrogée par l’AED, l’avocate Tabassum Yousaf explique que “jusqu’à présent, aucune famille n’avait pu demander justice, parce que les chrétiens sont majoritairement pauvres et peu instruits et qu’ils n’ont pas les moyens de se payer une assistance juridique”.

Source: La Croix

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici