En Allemagne, on forme les policiers à la compréhension des immigrés africains

Image d'illustration Photo: Flickr
Image d'illustration Photo: Flickr

Pour éviter des dérapages lors des opérations de police avec les populations immigrées, la police bavaroise propose une “formation interculturelle”. La police entend familiariser ses futurs agents avec “la perspective des migrants d’Afrique” et contribuer ainsi à réduire les préjugés mutuels. On parle d’une remise en question des stéréotypes sur l’Afrique.

Lors d’une “Journée de la compétence interculturelle” en coopération avec le Centre Afrique de l’Université de Würzburg, les futurs officiers de la police bavaroise font des réunions avec des réfugiés et des étudiants originaires d’Afrique dans le cadre de jeux de rôle et de échanges pour exprimer des réserves mutuelles et pour remettre en question les stéréotypes sur le continent noir.

Parfois les opérations de police ne se déroulent pas correctement en raison de malentendus culturels, a déclaré le responsable de la formation. Les compétences sociales et interculturelles sont de plus en plus importantes pour les futurs policiers avec les brassage des populations.

Dans de nombreux pays africains, il y a un cliché de la police selon lequel les agents de la force publique sont perçus comme corrompus, brutaux et imprévisibles“, a déclaré le responsable de la formation.

Le fait que immigrés africains sont méfiants envers les policiers en Allemagne s’explique par ce préjugé, mais les rend suspects du point de vue de la police allemande.

Selon les responsables de la “formation interculturelle”, il y a aussi des préjugés de l’autre côté. Par exemple que les immigrés sont fondamentalement plus enclins à la violence que les Allemands. Or, selon le chef du troisième service de la police anti-émeute, Thomas Bauer, ce n’est pas vrai. “Beaucoup ont fui la violence parce qu’ils ne le voulaient plus“, explique-t-il en gardant tout son sérieux.

Les universitaires du Centre africain de l’université de Würzburg déclarent: “Avec cette formation, nous voulons montrer aux futurs policiers une image différenciée et diversifiée de l’Afrique. Nous voulons indiquer clairement d’où viennent les préjugés et comment les surmonter“.

De nombreux officiers de police stagiaires ont appris avec étonnement que les participants africains ont peur au contact de la police et qu’ils nourrissent le sentiment d’être contrôlés trop souvent.

Selon les universitaires associés à la formation, c’est le racisme colonial qui a encore un impact aujourd’hui et qui se manifeste chez les forces de l’ordre par le “profilage racial” (contrôles au faciès).

Source: Tag 24

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici