Foutage de gueule: 2,6 millions de cartes Vitale en trop, réduits à 609 000 par quelle magie?

Image d'illustration Photo: Fotolia
Image d'illustration Photo: Fotolia

Face au scandale provoqué ce mardi, par l’aveu en commission parlementaire, du chiffre de 2,6 millions de cartes Vitale en trop en France, qui trahit l’ampleur de la fraude sociale en France, la Sécurité Sociale a fait disparaître près de 2 millions de ces cartes Vitale dans les nouveaux chiffres qu’elle a annoncés hier.

Elle estime que “fin 2019, le nombre de cartes Vitale surnuméraires (régimes où le nombre de cartes Vitale valides est supérieur au nombre d’assurés) s’établit à 609 000 et ne concerne pas le régime général”. Une différence que Le Figaro a voulu éclaircir en joignant l’administration.

Elle prétend que l’estimation à 2,6 millions de cartes Vitale repose sur “la différence entre les cartes actives et une estimation de la population éligible”. Dans le second cas, la Sécu a comparé par régime “le nombre de cartes actives et le nombre d’assurés de plus de 16 ans”, trouvant même une différence négative d’environ 200 000 cartes dans le régime général.

Magique! Le mardi, on estime qu’il y a 2,6 millions de cartes en trop qui servent à piller le système social, et le jeudi on raconte que, en réalité, il n’y a rien de tout ça, qu’il manquerait même des cartes en circulation. L’administration se moque de nous! Mais personne n’est dupe, les parlementaires travaillant sur la fraude sociale ne sont absolument pas convaincus par les explications à dormir debout de la Sécu.

Ce vendredi matin, la sénatrice de l’Orne, Nathalie Goulet (UDI), qui avait conduit une première commission d’enquête sur le sujet, parlait ainsi d’une “omerta” de la Sécu, qui “fait disparaître 2 millions de cartes Vitale en surnombre”.

L’administration raconte “qu’avoir une carte Vitale ne signifie pas avoir des droits ouverts pour la prise en charge des soins par l’Assurance Maladie. Comme si leur surnombre était sans conséquences. Malgré cela, elle a tout de même confessé qu’une carte Vitale “peut permettre une fraude aux prestations”. Sans blague.

Pour limiter la fraude, la Sécurité Sociale évoque la diffusion d’une nouvelle génération de cartes Vitale avec photo, l’actualisation d’une liste d’opposition des cartes Vitale et la désactivation des cartes de personnes en fin de droits ou décédées. Bref, ce qui aurait déjà dû être le cas depuis le début, mais il n’est jamais trop tard, ce n’est que l’argent des Français après tout…

Source: Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici