A Valenciennes, un handicapé empoisonné avec un plat de lasagnes puis étouffé à mort par sa compagne!

Image d'illustration/Fotolia
Image d'illustration/Fotolia

Mercredi 5 février, une habitante de Valenciennes dans le Nord aurait empoisonné son compagnon mal-voyant avec un plat de lasagnes mélangées à des médicaments avant de l’étouffer à mort. La femme s’est justifiée en affirmant qu’elle aurait aidé son conjoint à se suicider. Une version remise en cause par la famille de la victime. La valenciennoise a été mise en examen et incarcérée à l’issu de sa garde à vue.

Mercredi 5 février, vers 23h00, une femme de 45 ans, habitant rue François-Colliez à Valenciennes, prévient un proche par téléphone qu’elle vient de tuer son compagnon, Olivier G., handicapé mal-voyant.

Ce proche prévient immédiatement la police qui dépêche sur place plusieurs unités. A leur arrivée, policiers et membres des services de secours ne peuvent que constater le décès de l’homme, a priori par asphyxie.

Aux policiers qui l’interrogent, la quadragénaire avoue avoir empoisonné son conjoint avec un plat de lasagnes dans lequel elle avait introduit une forte dose de médicaments puis l’avoir étouffé jusqu’à ce que mort s’en suive. Elle affirmera n’avoir fait qu’aider l’homme qui aurait eu des envies de suicide.

La femme, en couple depuis deux ans, était pourtant connue par le voisinage comme très attachée à son compagnon, quasiment aveugle et qui se déplaçait avec une canne blanche. Le mal-voyant, âgé lui aussi d’une quarantaine d’années, travaillait pour une association en relation avec les handicapés.

La suspecte a d’abord été placée en garde à vue puis déférée vendredi dernier au parquet de Valenciennes qui l’a mise en examen pour meurtre sur conjoint et a requis son placement en détention provisoire.

En effet, les premiers éléments de l’enquête infirme la thèse de la prévenue. La famille du défunt affirme notamment que ce dernier n’était aucunement suicidaire. “Il aimait trop la vie pour ça!” déclarera la mère de ce passionné de musique.

Un enquête menée par le groupe atteinte aux personne de la police judiciaire de Valenciennes est toujours en cours et la prévenue reste incarcérée pendant le temps des investigations dirigées par un juge d’instruction.

Source: La Voix du Nord

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici