Cinq “jeunes” d’une cité sensible agressent sauvagement deux passants qui refusent de leur acheter de la drogue

Image d'illustration/Capture d'écran Twitter
Image d'illustration/Capture d'écran Twitter

Cinq “jeunes” d’un quartier sensible de Montigny-le-Bretonneux, dans les Yvelines, viennent d’être mis en examen et écroués pour quatre d’entre eux. Ils sont suspectés d’avoir participé, le 28 décembre 2019, à l’agression violente de deux passants qui avaient refusé de leur acheter de la drogue. Sauvagement tabassées, à l’aide notamment d’une barre de fer, les deux victimes s’étaient vu attribuer 60 et 42 jours d’ITT!

Le samedi 28 décembre 2019, au milieu de la nuit, deux passants, circulant dans les rues de Montigny-le-Bretonneux, sont interpellés par un groupe de “jeunes” qui leur propose d’acheter de la drogue.

Devant le refus des deux personnes, les “jeunes”, sans doute furieux qu’on leur refuse une occasion de s’intégrer à la société de consommation par le commerce, se mettent à violemment agresser le duo.

Coups de poing, de pied et de barre de fer pleuvent alors sur les deux victimes qui sont sauvagement lynchées par le groupe et finissent inconscientes au sol dans une mare de sang.

Prévenus par des tiers, policiers et services de secours se rendent sur place pour porter assistance aux blessés. Ils sont alors hospitalisés en urgence dans un état grave, et même très grave pour l’un d’entre eux.

Les deux personnes se verront attribuer 42 et 60 jours d’ITT par les services médico-judiciaires et la plus grièvement atteinte n’a pas encore pu être entendue à ce jour par les policiers, en raison de la gravité de son état.

Le parquet de Versailles a ouvert une enquête sur ces faits de violences avec armes et en réunion, et l’étude des images de vidéosurveillance par les policiers d’Élancourt a permis d’identifier formellement six individus, tous issus du quartier des Prés, à Montigny-le-Bretonneux.

Le 4 février dernier, une vaste opération, impliquant une soixantaine de policiers est organisée dans ce quartier réputé pour le trafic de drogue qui s’y déroule et les suspects, âgés de 17 à 20 ans, sont interpellés et placés en garde à vue.

Lors de leurs auditions, les individus ont eu des versions contradictoires et la moitié d’entre eux a purement et simplement nié les faits tandis que les autres, bien qu’admettant leur présence sur les lieux, ont affirmé ne pas avoir porté de coups.

Le parquet de Versailles a annoncé lundi dernier que cinq d’entre eux avait été mis en examen. Quatre ont été incarcérés et le cinquième laissé libre sous contrôle judiciaire. Le sixième, mis hors de cause, a été relâché à l’issue de sa garde à vue.

Source: 78 Actu

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici