Après plusieurs attentats de l’État islamique, voici comment l’Égypte règle le problème

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

Ce mardi, le ministère de l’Intérieur a annoncé que la police égyptienne avait abattu 17 djihadistes lors d’une opération dans le nord de la péninsule du Sinaï, région du nord-est de l’Égypte en proie à une insurrection islamiste depuis plusieurs années.

Les autorités indiquent avoir lancé un assaut contre “une cache (de djihadistes)” près d’al-Arich, chef-lieu de la province du Nord-Sinaï, tuant 17 “éléments terroristes”. Des fusils, des grenades et des ceintures explosives ont été retrouvées sur les lieux.

Dimanche 9 février, un attentat dans le Nord-Sinaï revendiqué par l’État islamique (EI) a fait sept morts et blessés au sein de l’armée. L’attaque contre un gazoduc à 80 km à l’est d’al-Arich, la semaine dernière, a également été revendiquée par l’EI, qui reste très actif dans la péninsule.

L’insurrection islamiste dans le nord du Sinaï s’est intensifiée après la destitution par l’armée, en 2013, du président islamiste de la Confrérie des Frères Musulmans, Mohamed Morsi, à la suite d’importants mouvements de protestations.

L’armée a lancé en février 2018 une vaste opération “antiterroriste” dans la région mais aussi dans certaines parties du désert occidental, entre la vallée du Nil et la frontière avec la Libye, en proie aux mêmes menaces terroristes.

Depuis le début de l’opération, environ 840 djihadistes ainsi que près de 67 militaires ont été tués dans des affrontements, selon les chiffres officiels. Aucun bilan vérifié de source indépendante n’est disponible, et la région est largement interdite aux journalistes.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici