VIDEO. Bassem vs Sadek. Une violente embrouille entre deux racailles fait parler le web français

Bassem et Sadek. Ou alors Sadek et Bassem, on s'en fiche. Photo: Capture YouTube/Wikimedia Commons
Bassem et Sadek. Ou alors Sadek et Bassem, on s'en fiche. Photo: Capture YouTube/Wikimedia Commons

Deux racailles franco-tunisiennes, l’influenceur lyonnais Bassem Braiki et le rappeur parisien Sadek, ont été en embrouille depuis quelques semaines. Bien au chaud, par l’intermédiaire d’Internet,  et à grand renfort d’insultes et de grossièretés, un grand classique dans leur communauté.

Vous n’avez jamais entendu parler de ces deux sous-produits des cités sensibles de nos banlieues? Pas grave, on vous résume très rapidement.

Bassem Braiki est une racaille qui a réussi à se faire connaître sur le net en profitant des attentats de 2015 et qui monnaie depuis sa popularité en tant qu’ “influenceur”. Il est connu pour ses opinions racistes (une condamnation en 2016), son discours anti-métissage et sa haine des homosexuels va jusqu’à l’appel au meurtre.

Sadek est un déchet musical sorti des caves de Seine-Saint-Denis qui, en plus de ses “chansons” rap inaudibles, a pu jouer deux ou trois petits rôles dans des films. Les deux frères ennemis se font donc une guéguerre virtuelle. Et que je traite ta femme de pute, et que je t’accuse d’être une tapette, et que je te menace, etc. Du grand art polémologique de cité, quoi.

Cependant, tout a changé cette nuit, lorsque Sadek a décidé de rendre visite au domicile de son congénère ennemi qui a fait annuler sa prestation dans la région lyonnaise en menaçant d’organiser des émeutes devant le lieu du concert.

Le rappeur du 93 s’est tout simplement rendu au pied de l’immeuble à Vénissieux où Bassem Braiki habite, pendant que ce dernier était au travail. Pas seul, bien sûr, un minimum de courage, ça casserait les codes des cités. Avec plusieurs autres camarades, il a fini par attraper son ennemi.

Le violent passage à tabac a été diffusé sur les réseaux sociaux. On y voit le snapchatteur lyonnais littéralement laminé à coups de poing et de matraque télescopique. On apprendra par la suite que Bassem Braiki sera admis à l’hôpital en urgence relative.

Quelques minutes après l’agression, Sadek a posté une autre vidéo, la main en sang, chantant notamment “Hé oh, hé oh, on rentre du boulot”. L’humour de racaille.

5 Commentaires

  1. Tu sent pas très bon toi ! Dire que “Sadek” produit des musique “inaudible” mais c’est que tu manque d’objectivité. J’ai à peine 16 ans, je fais couramment des erreurs d’orthographe mais pourtant je suis plus intélligent que toi. Ba oui les goûts musicaux sont différents pour chaque personne alors certe tu n’aime pas mais tu n’à aucun droit d’insulter son moyen d’expression, de plus sombre fils de lampe à l’huile, j’aime pas ton mépris, tu te prend pour qui ? t’es personne toi, juste une merde ? qui te connaît journaliste du dimanche ? personne ? quelle surprise… Donc petit-homme méprisable vire d’internet on veux pas de toi, et aussi va étudier la définition du mot “racaille”, pour finir le monde se porterait tellement mieux si des incultes tel que toi n’en ferais pas partie, je vais devoir utiliser mon BlitzKrieg ( pour ta défense j’te donne ça tu pourras tjr me faire passer pour le plus gros raciste, ton intélligence doit être incompatibles aux scd degrès aussi).

  2. Un article qui semble avoir été écrit par quelqu’un de très très méprisant et souffrant d’obscurantisme

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici