L’Oscar du meilleur film a été attribué …et c’est une surprise! On connaît le gagnant

Image d'illustration Photo: Flickr
Image d'illustration Photo: Flickr

Le film Parasite du réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho est devenu le premier long métrage en langue étrangère à obtenir l’Oscar du meilleur film, récompense phare d’Hollywood.

Signe de l’engouement des professionnels, le film a aussi reçu l’Oscar du meilleur scénario original, tandis que Bong Joon-ho a été sacré meilleur réalisateur.

Mélange de thriller, de comédie familiale déjantée et de satire sur les inégalités sociales, il a également été primé dans la catégorie du meilleur film international (la nouvelle dénomination de la catégorie, auparavant baptisée “meilleur film en langue étrangère”, jugée pas assez politiquement correcte).

Bong Joon-ho a taquiné l’industrie américaine du cinéma en affirmant que les films non-anglo-saxons commençaient à percer dans le grand public, notamment grâce aux plateformes de streaming et à Youtube: “Je pense que nous allons naturellement arriver au jour où le fait qu’un film soit en langue étrangère n’aura plus vraiment d’importance“.

L’Académie des Oscars, vivement critiquée par les médias de gauche pour le “manque de diversité” dans ses choix — comme si les critères ethniques primaient sur la qualité artistique — avait manifestement plié à la tendance du moment.

On a nous cependant épargné un prix 100% idéologique pour Les Misérables de Ladj Ly, un navrant navet anti-français, en choisissant ce film sud-coréen d’une certaine qualité, déjà récompensé par la Palme d’or au festival de Cannes l’an dernier.

L’Oscar pour Parasite a déjoué les pronostics des professionnels qui prévoyaient une pluie de récompenses pour “1917”, du Britannique Sam Mendes, donné comme le grand favori de cette 92e édition des Oscars.

“1917”, film sur l’équipée de deux jeunes soldats dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, construit comme un plan séquence long de deux heures, a néanmoins remporté trois prix de second ordre: l’Oscar de la meilleure photographie pour Roger Deakins, et deux autres dans des catégories techniques, pour le son et les effets spéciaux.

Vive déception en revanche, assez difficile à comprendre sur le plan artistique, pour le chef-d’œuvre de Martin Scorsese dont le thriller politico-mafieux produit par Netflix, The Irishman, repart bredouille malgré dix nominations, parmi lesquelles Al Pacino et Joe Pesci, sans oublier le réalisateur lui-même.

Source: AFP/CNN/Twitter

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici