En pleine tension au Moyen-Orient, l’Iran lance un satellite, les Etats-Unis s’inquiètent

Image d'illustration
Image d'illustration

L’Iran va lancer un satellite ce dimanche, a déclaré un ministre du gouvernement, dans le cadre d’un programme naissant qui, selon les Etats-Unis, est une couverture pour le développement de missiles balistiques.

Le satellite Zafar sera mis en orbite aujourd’hui à partir du Semnan à une vitesse de 7 400 kilomètres“, a déclaré le ministre iranien des technologies de l’information et des communications, Mohammad Javad Azari-Jahromi, selon l’agence de presse officielle IRIB.

L’Iran a effectué au moins deux lancements ratés de satellites l’année dernière.

Les États-Unis se disent préoccupés par le fait que la technologie balistique à longue portée, utilisée pour mettre des satellites en orbite, pourrait également servir à lancer des ogives nucléaires. Téhéran nie que l’activité satellitaire soit une couverture pour le développement de missiles et affirme n’avoir jamais poursuivi le développement d’armes nucléaires.

L’administration du président Donald Trump a réimposé des sanctions à l’Iran suite au retrait de Washington en 2018 d’un accord international destiné à freiner le programme nucléaire iranien.

Trump a déclaré que l’accord nucléaire n’allait pas assez loin et n’incluait pas de restrictions sur le programme de missiles de Téhéran.

Les tensions, déjà fortes sur la question nucléaire, ont atteint le plus haut niveau depuis des décennies entre l’Iran et les Etats-Unis après que le commandant militaire iranien Qassem Soleimani ait été tué dans une attaque de drone américain à Bagdad le 3 janvier. L’Iran a riposté par une attaque de missile contre une base américaine en Irak.

Une fois que le satellite sera en orbite, la première image qu’il transmettra sera celle de Soleimani, a déclaré dimanche le ministre Azari-Jahromi.

L’Iran a lancé son premier satellite Omid (Espoir) en 2009 et le satellite Rasad (Observation) a été mis en orbite en juin 2011. Téhéran a déclaré en 2012 qu’il avait réussi à mettre en orbite son troisième satellite de fabrication nationale Navid (Promesse).

Source: Reuters/New York Times/IRIB

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici