Affaire Mila: Yasmine Belattar se déshonore en direct live

Photo/Wikipédia
Photo/Wikipédia

Touche Pas À Mon Poste est devenu le centre de gravité de la vulgarité contemporaine. Cette émission concentre de manière de plus en plus explosive tout ce que notre société compte de laideur, de provocations inutiles, d’inculture assumée et de bêtise crasse. Et Yasmine Belattar se charge d’aller beaucoup trop loin quand il évoque l’affaire Mila.

Il a osé dire: “Les gens avant, ils avaient une envie artistique, car a minima, ils avaient du talent. Ils faisaient pas une polémique pour entrer dans le monde artistique.” En clair: Mila, qui rêvait d’être chanteuse, a sciemment provoqué l’islam pour devenir une star!

Cette thèse est tellement contraire au déroulement exact des mésaventures de Mila que nous ne nous abaisserons pas à le contredire sur les faits. Car ce n’est pas le caractère hors-sol de Belattar, qui est ici à dénoncer: il est notoire, nous n’y reviendrons pas. Le plus grave, c’est l’accusation morale que contient son propos.

Cette accusation est terrible. Mila serait, selon lui, une jeune fille d’un cynisme, d’une perversité, d’une méchanceté absolus. Elle insulterait l’islam dans le seul but de se faire repérer par les producteurs, de percer dans le show-biz et de vendre des albums. Elle serait à la fois machiavélique, menteuse, intéressée, ignoble. Et incroyablement bête, car elle serait prête à se faire lyncher pour passer à la télé!

Belattar, en se lançant dans une thèse aussi abjecte, se déshonore. Non seulement il ajoute de l’huile sur le feu de l’incendie islamiste en cours, en donnant des arguments aux apprentis-djihadistes qui traquent Mila, mais il se permet, en plus, de faire le buzz sur le dos de l’adolescente en danger. Il incarne ce qu’il dénonce. Démoniaque.

Et cet homme-là est ami du président de la République? On croit rêver. Quelles sont donc les valeurs de Macron pour qu’un tel barbare soit invité à l’Élysée? Que Macron fasse bien attention: le déshonneur, comme le coronavirus, est extrêmement contagieux.

Source: TPMP

Et Belattar n’en est pas à son premier coup de poing médiatique contre les femmes si courageuses qui pointent l’islam du doigt…

Yassine Belattar prie pour la mort de Zineb El Rhazoui!

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour, j’apprécierais fortement que vous corrigiez votre article et notamment le prénom de la personne que vous citez, qui s’appelle Yassine et non point Yasmine. Comme vous pouvez le constater, JE m’appelle Yasmine Belattar, et ce résultat de recherche est fort peu sympathique pour moi, qui essaye de me faire une place sur internet avec une image des plus professionnelles. Et vous comprendrez que le titre de cet article est problématique pour moi (et mes réels homonymes). Merci beaucoup !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici