Affaire Mila: Céline Pina vire Belloubet!

Montage/FL24
Montage/FL24

La courageuse Céline Pina prend à nouveau position sur l’affaire Mila dans le magazine Causeur. Cette fois, elle va au bout du raisonnement que tiennent tous les Français: après sa monstrueuse gaffe sur la liberté d’expression, Nicole Belloubet doit quitter le gouvernement.

Morceaux choisis de ce réquisitoire sans appel.

“Quand, comme Mme Belloubet, on est professeur en droit public et que l’on a siégé au conseil constitutionnel, censé consacrer l’excellence d’une carrière et la compétence, on ne commet pas de telles “maladresses” accidentellement, voilà pourquoi celles-ci ne peuvent être qualifiées que de fautes.

En période électorale, il y a le « ballon d’essai », façon de tester l’opinion pour voir si elle est prête à évoluer sur un point ou un domaine précis et il y a la fausse erreur, qui permet de transmettre un message que l’on ne peut assumer politiquement sans mettre sa fonction en péril.

Ainsi, le dérapage de Mme Belloubet a tout d’une manœuvre servant à envoyer un message à un électorat ciblé: le pouvoir a entendu ses attentes, il les comprend et renvoie un message de soumission envers une religion, soulignant que, même si la société et la loi ne lui permettent pas de poursuivre l’auteur, la ministre en personne est choquée par l’insulte faite à l’islam et la qualifie de grave.

Elle se place ainsi en résonance avec une part importante de la population musulmane et prend une position essentielle pour les islamistes qui savent qu’elle est allée aussi loin qu’elle pouvait, voire un peu plus en l’occurrence pour témoigner de sa sensibilité à leurs revendications. Elle reprend ainsi une partie de leur logique et de leur sémantique (faire du blasphème une atteinte à la liberté de conscience) tout en s’indignant que cela abîme son image et détruise sa légitimité. Elle abîme l’esprit des lois pour un plat de lentilles clientélistes et ne comprend pas qu’elle s’est ainsi déconsidérée.”

Cette faute rend cette femme indigne de sa fonction. Nous méritons une ministre de la Justice qui prend à cœur son rôle de garante de la loi et de notre sécurité, pas d’une femme sans conscience qui ne se rend pas compte qu’elle accroche une cible au dos d’une jeune adolescente pour draguer un électorat particulier.

En transformant tout ce qui n’est pas eux, en mécréants juste bons à être violés, battus ou égorgés s’ils font simplement usage de leurs droits et libertés, l’islam politique consacre la loi du plus fort, du plus fou, et du plus menaçant. En y souscrivant en creux et en ne se dressant pas franchement contre, la ministre nous a abîmés collectivement.

Elle a cautionné l’inversion manifeste des valeurs et a consacré l’injustice faite à tous nos enfants à travers Mila. Parce que la loi est ce qui nous lie et nous fait citoyen. Le gouvernement en est le garant et l’exécutant. S’il lui tire dans le dos, ce sont les fondements de sa légitimité qu’il détruit et la base de notre contrat social qu’il sabote.

Si nous étions un peuple respecté par ses représentants, Mme Belloubet serait démissionnée. Elle a failli à ses devoirs. Elle n’a plus de légitimité pour exercer sa fonction.”

Merci, chère Céline. Une fois de plus, vous vous montrez à la hauteur de la situation. Contrairement à Belloubet.

Source: Causeur

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici