Conflit israélo-palestinien: Trump sort la scie circulaire

Donald Trump/DR
Donald Trump Photo DR

L’interminable conflit israélo-palestinien n’est pas la tasse de thé de Donald Trump. En homme de solutions concrètes, et en ennemi du politiquement correct, il a proposé hier un plan de paix qui ne fait pas dans la dentelle. Il ne cache pas son jeu: la part belle est faite à Israel. Quant à la Palestine, elle y gagne un État, mais à certaines conditions qui attirent les foudres des islamistes.

La Croix résume les propositions du Plan Trump:

“Parmi les nombreux points sensibles de ce plan figure la reconnaissance de l’annexion par Israël à son territoire des colonies qu’il a implantées en Cisjordanie occupée, en particulier dans la vallée du Jourdain. L’ambassadeur des États-Unis, David Friedman, a affirmé que l’État hébreu peut annexer ses colonies “sans attendre”. Un futur État palestinien sur ces tracés serait nettement en-deçà de ce à quoi aspirent les Palestiniens, à savoir la totalité des Territoires occupés depuis 1967 par Israël.”

Et ce n’est pas fini:

“Le projet américain demande aussi “le rejet clair du terrorisme” de la part des Palestiniens. Il prévoit un tunnel entre la Cisjordanie et la bande de Gaza. L’État palestinien serait également “démilitarisé”. Jérusalem restera “la capitale indivisible d’Israël”, a déclaré Trump, proposant de créer une capitale de l’État palestinien cantonnée dans des faubourgs de Jérusalem-Est.”

Bref: le plan favorise nettement Israel, et met la Palestine au pied du mur: “Soit vous devenez un peuple normal, qui cesse de vouloir exterminer les Juifs, et vous devenez un État reconnu, soit vous n’aurez rien et je vous marcherai sur la tête.”

Et, histoire de mettre noir sur blanc ses intentions, il a Tweeté: “Je me tiendrai toujours aux côtés de l’État d’israël et du peuple juif. Je soutiens avec force leur sécurité et leur droit à vivre sur leur terre historique. Le temps de la paix est venu!”

Et La Croix de conclure sur les réactions palestiniennes. “Si le Premier ministre israélien a salué “une journée historique”, le président palestinien, Mahmoud Abbas, qui a refusé ces derniers mois les offres américaines de dialogue, a affirmé que le plan ne passerait pas. “Il est impossible pour n’importe quel enfant, arabe ou palestinien, d’accepter de ne pas avoir Jérusalem comme capitale d’un État palestinien.” Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, enclave palestinienne de deux millions d’habitants séparée géographiquement de la Cisjordanie, a aussi rejeté la proposition américaine.”

Comme sur tous les autres sujets, Donald Trump applique une stratégie sans zigzags: l’Amérique et ses alliés d’abord, les autres après. Son soutien sans concessions à Israël, sa participation active au mouvement pro-vie, sa main de fer sur les sujets des taxes et de l’immigration, son duel face à Xi Jinping, sont les signatures d’un Président vraiment de droite, qui ne danse jamais le moindre slow avec ses ennemis jurés.

On attend avec impatience les réactions épouvantées de la France et de l’Europe, qui ne vont pas manquer de tenter de noyer ce projet dans l’eau tiède, accusant au passage les États-Unis d’être rétrogrades, dangereux, racistes, etc. On a l’habitude.

En attendant, les islamistes palestiniens sont au pied du mur. S’ils refusent le plan en bloc, Trump ne leur fera aucun cadeau. S’ils acceptent de négocier, ils devront baisser la tête.

Source: La Croix

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici