Affaire Mila: badaboum! Belloubet en prend plein la gueule!

Montage/FL24
Montage/FL24

L’amateurisme des politiciens au pouvoir, ça suffit! L’affaire Mila sert de puissant révélateur de la lâcheté de la Macronie et de son incompétence. Et, cette fois, on ne laisse plus rien passer. La coupe est pleine, et Belloubet va devoir boire le calice jusqu’à la lie.

Suite à sa déclaration de ce matin sur Europe1, où elle a osé assimiler critique de la religion et atteinte à la liberté de conscience (voir notre article ci-dessous), Belloubet se fait pourrir la tête par toute la France, et c’est tellement bien fait pour elle!

Valeurs Actuelles dresse une première liste des réactions. Ça envoie du lourd. “La réaction de la garde des Sceaux a été immédiatement décriée par plusieurs observateurs, comme la journaliste Anne Rosencher. “Donc on a réintroduit le délit de blasphème ? C’était quand ? Soutien absolu à Mila qui croyait peut-être vivre en France ; avec les lois de la France”, a-t-elle écrit sur Twitter. Judith Waintraub, du Figaro Magazine, s’est, elle aussi, insurgée, sur le média social. “Belloubet qualifie d”inacceptables’ les menaces de mort contre Mila mais ajoute que ‘l’insulte à la religion est une atteinte à la liberté de conscience’. C’est une définition modérée du blasphème ?! La République garantit la liberté de conscience’ (art. 1 de la loi de 1905). Mila l’a exercée, elle ne l’a pas enfreinte”. Comme la journaliste, l’élu LR Éric Ciotti a rapidement réagi, sur Twitter. “Non, Nicole Belloubet, critiquer l’islam n’est pas une atteinte à la liberté de conscience… Dire cela est insupportable dans une République laïque, la jeune Mila menacée de mort n’a pas commis de ‘blasphème’, elle est libre !”, a estimé le député.”

Et ça n’est pas fini!

“Avocat de Charlie Hebdo, Richard Malka est, lui aussi, très rapidement monté au créneau, dans les colonnes du Figaro. Pour lui, les mots de la ministre “sont tout simplement gravissimes ! Ils participent à la mise en danger de Mila”. L’avocat ajoute que Nicole Belloubet “fait montre ce matin à la radio de son inculture juridique, ce qui est extrêmement inquiétant !” Et de poursuivre : “On aimerait qu’elle lise davantage les fiches que lui préparent ses conseillers, et pas la propagande de la Ligue Islamique Mondiale qui milite partout en Europe pour l’interdiction du blasphème. Car c’est la terminologie exacte de cette organisation prosélyte, qui a plusieurs fois déposé des demandes en ce sens auprès de l’ONU: empêcher les injures envers l’islam au nom de la liberté de conscience.”

“Même sur un plan légal, “ce que dit la ministre de la Justice est parfaitement inepte”, ajoute Richard Malka. Pour ce dernier, “toute la jurisprudence française en la matière dément ses propos. Jamais un seul juge français n’a reconnu que des propos, même vulgaires, même injurieux, envers une religion ou des symboles religieux pouvaient constituer une ‘atteinte à la liberté de conscience’. Jamais!””

De son côté, Le Figaro relaye la réaction de Marine Le Pen sur Twitter: “Peut-on compter sur le gouvernement d’Emmanuel Macron pour défendre nos valeurs et nos libertés ? Clairement, la réponse est NON !” Dupont-Aignan a saisi l’occasion d’en remettre une couche: “Ce gouvernement a lâché la liberté française de l’esprit Charlie pour la soumission à la terreur islamiste.”

Et le magazine Marianne de rappeler les termes exacts de la loi à la ministre qui ne sait pas de quoi elle parle: “Dans son jugement du 22 mars 2007, confirmé en appel en 2008, le TGI de Paris avait ainsi affirmé : “En France, société laïque et pluraliste, le respect de toutes les croyances va de pair avec la liberté de critiquer les religions quelles qu’elles soient, et avec celle de représenter des sujets ou objets de vénération religieuse ; le blasphème qui outrage la divinité ou la religion, n’y est pas réprimé à la différence de l’injure, dès lors qu’elle constitue une attaque personnelle et directe dirigée contre une personne ou un groupe de personnes en raison de leur appartenance religieuse.””

Alors, Nicole, on fait moins la maline, maintenant? Tu veux notre avis? Ce n’est qu’un début. Va vite te cacher dans un bunker et fais-toi oublier. Ta réputation de représentante du Droit est d’ores et déjà enterrée, et tout le pays danse sur sa tombe.

Source: Valeurs Actuelles, Le Figaro, Marianne

Affaire Mila: la Ministre de la Justice insulte la liberté!

 

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici