L’épidémie du virus chinois: les urgentistes français pointent une gestion calamiteuse d’Agnès Buzyn

Image d'illustration Photo: Fotolia
Image d'illustration Photo: Fotolia

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui n’a pas prévu de dispositif particulier pour contrer le virus chinois, recommande aux Français qui pensent l’avoir contracté d’appeler le 15. Cependant, les urgentistes du Samu révèlent qu’ils n’ont reçu aucun moyen supplémentaire pour gérer ce surplus d’activité.

Agnès Buzyn, “en direct sur toutes les chaînes a demandé aux gens d’appeler le 15, sans que l’on nous ait donné les moyens supplémentaires”, a précisé Christophe Prudhomme, médecin et porte-parole de l’association des médecins urgentistes français, interviewé par Franceinfo.

Il a qualifié l’appel de la ministre de “déraisonnable” parce que les appels de la part de gens inquiets “prennent beaucoup de temps” et mobilisent les moyens humains des urgences.

Et d’expliquer que du temps est perdu à expliquer, interroger et rassurer les gens qui n’ont pas les symptômes ni aucune chance de contracter le coronavirus. “J’ai reçu un appel d’une personne qui arrivait d’Abidjan et qui avait croisé dans l’aéroport un groupe de Chinois et qui était inquiet, ce qui est complètement déraisonnable.”

Le médecin a réclamé en urgence des moyens supplémentaires pour gérer cette crise, au moins au niveau du standard du 15 qui doit faire face à un “nombre d’appel très conséquents“.

Christophe Prudhomme s’est aussi demandé pourquoi les porteurs de virus potentiels ne sont pas détectés en amont, dans les aéroports. “Est-ce qu’il ne faut pas prendre d’autres mesures, lors de l’accueil des avions qui viennent de Chine directement à l’aéroport pour pouvoir donner des informations et détecter les patients, plutôt que les laisser partir dans la nature et ensuite les laisser appeler, à leur convenance, le centre 15?“. Ce filtrage a pourtant été mis en place dans beaucoup de pays, comme la Russie ou la Thaïlande.

Porte-parole de l’association des médecins urgentistes, il a ensuite lancé un avertissement: “nous ne sommes pas en nombre suffisant pour pouvoir gérer cette situation de crise“.

Source: France Inter/Twitter

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici