Des fonctionnaires payés à ne rien faire après avoir refusé de passer dans le privé

Gaston Lagaffe/Pinterest
Gaston Lagaffe/Pinterest

À la communauté de communes Yonne Nord (CCYN), dix agents ont refusé de rejoindre Sepur, la société privée qui assure aujourd’hui la collecte des déchets ménagers et la gestion des déchetteries sur le territoire. Depuis le 6 janvier, ils viennent donc dans leur local au travail de Pont-sur-Yonne, pour ne rien faire.

Frappée par une crise financière depuis l’été 2018, l’intercommunalité a décidé le 4 novembre dernier, d’externaliser la collecte des déchets, pour des raisons économiques. Mais, comme l’expliquait le maire de Vinneuf, Sylvain Nezondet, lors du conseil communautaire du 3 janvier 2020, le refus des agents de rejoindre le privé pose problème.

Les fonctionnaires prétendent qu’il leur a été expliqué que “certains gardiens de déchetterie pourraient travailler ailleurs que dans l’Yonne”, que des “astreintes étaient possibles sur un jour de congé pour remplacer quelqu’un en arrêt maladie”. “À la sortie, on ne gagnait rien”, résume l’un d’eux.

Sepur, le prestataire privé dément: “Nous avons proposé un système de rémunération garantissant une hausse du salaire net mensuel de l’ordre de 14%. […] des amplitudes horaires et un lieu de travail identiques, sans jamais évoquer la possibilité de mobilité géographique ou d’évolution des missions”. Seuls quatre agents avaient accepté.

“Si les élus actent la suppression de leurs postes, ils auront le statut de fonctionnaires momentanément privés d’emploi”, confie Thierry Spahn, le président de la CCYN. Le reste à charge pour la collectivité s’élèverait à 260 000 € selon lui.

D’après la loi du 23 juillet 2019, les fonctionnaires oisifs peuvent être repris par le centre de gestion de la fonction publique au bout d’un an, s’ils n’ont pas été reclassés.

Source: L’Yonne Républicaine

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici