Ultraviolence à Lisieux: un homme tabassé à mort par deux repris de justice

Image d'illustration/Fotolia
Image d'illustration/Fotolia

Lors d’une soirée alcoolisée à Lisieux dans le Calvados, samedi dernier, un homme de 49 ans et un ami à lui ont été passés à tabac avec sauvagerie, pour un motif futile, par deux trentenaires très défavorablement connus de la justice. Le quadragénaire est décédé le lendemain à l’hôpital. Son ami a été gravement blessé à la face. Les agresseurs ont été interpellés et mis en examen mardi 14 janvier. Ils sont en détention.

Samedi soir dernier, un homme de 49 ans, locataire d’un appartement situé rue Paul-Banaston à Lisieux, recevait, en compagnie d’un ami, deux hommes de 32 et 35 ans, lors d’une soirée sur fond d’alcool.

Pour une raison encore mal établie mais a priori futile, une dispute éclate entre les convives et les deux trentenaires se mettent à rouer de coups de pied et de poing le quadragénaire et son ami, qui, bien que tentant de riposter, ne font pas le poids.

Les deux victimes sont tabassées à coups de poing et de pied et subissent “des violences extrêmes” d’après une source judiciaire. Le lynchage terminé, les agresseurs prennent la fuite, laissant les deux hommes inconscients et gravement blessés.

Ce n’est que le lendemain que les victimes sont secourues et hospitalisées à l’hôpital de Lisieux où le quadragénaire décède vers midi, des suites du lynchage, d’après l’autopsie. Son ami souffre de plusieurs fractures à la face et s’est vu attribuer 6 jours d’ITT.

Les policiers du commissariat de Lisieux, après une rapide enquête, identifient les deux agresseurs qui sont interpellés et placé en garde à vue, lundi 13 janvier. Ils sont très défavorablement connus de la justice et le plus vieux a déjà été condamné plusieurs fois pour des faits de violence.

Déférés mardi au parquet de Caen, ils ont été mis en examen pour violences volontaires ayant entraîné la mort. Ils ont été placés en détention pendant la poursuite de l’instruction judiciaire en attendant de comparaître devant un tribunal.

Source: Le Pays d’Auge

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici