La communauté LGBT investit l’économie. Le magazine phare gay “Têtu” lève un million d’euros

Image d'illustration Photo: Fotolia
Image d'illustration Photo: Fotolia

Le magazine militant du lobby LGBT Têtu veut procéder à une levée de fonds d’un million d’euros pour accélérer sa stratégie de diversification. Fondé par le millionnaire décédé Pierre Bergé et relancé en 2018, il a été repris par un groupe d’investisseurs et va procéder à l’entrée à son capital de plusieurs nouveaux actionnaires.

Le média de la communauté LGBT cite quelquesuns de ces investisseurs: le groupe d’économie sociale et solidaire SOS, le groupe audiovisuel Banijay et l’investisseur Frédéric Biousse, d’Experienced Capital.

Le magazine propose aussi une partie de ses actions à des particuliers: ses lecteurs, sympathisants de la “cause LGBT” et autres. Une campagne de financement à leur intention a été lancée sur une plateforme de financement participatif. Le mensuel pense pouvoir réunir autour de 200 000 euros, le cinquième de la somme.

Ce tour de table est destiné à aider le magazine à poursuivre son ascension et à investir d’autres domaines de la société dans une démarche de diversification: le lancement d’un festival de musique ou l’expansion de la “cause LGBT” dans le monde du travail par le biais de l’initiative Têtu Connect.

Si les activités médias de Têtu, le trimestriel et le site internet, sont d’ores et déjà rentables, les autres activités ne le sont pas encore et le point de balance est prévu pour la fin de l’année. Le projet consiste à renverser la proportion de la part des activités de diversification et les activités médias de 30/70 du chiffre d’affaires, à 70/30 d’ici à 3 ans, contre 30% actuellement.

Le magazine phare de la communauté gay puis LGBT, lancé il y a 25 ans, est resté la propriété de Pierre Bergé de 1995 à 2013, qui s’en est débarrassé juste avant sa mise en liquidation judiciaire.

Dès la sortie de son premier numéro, Têtu prend le relais du magazine Le Gai Pied, disparu à l’automne 1992, en devenant très rapidement le magazine référent de la communauté homosexuelle. Il paraît pendant vingt ans (212 numéros) avant de cesser d’exister en juillet 2015.

Le magazine est ensuite repris par la start-up française iDyls fin 2015, puis liquidé une deuxième fois en février 2018. Une seconde reprise, avec une version papier vendue en kiosque, a lieu en novembre 2018.

L’équipe d’investisseurs, menée par Albin Serviant, avait alors déjà levé 700 000 euros pour relancer le site éponyme et la version papier.

Source: AFP/Têtu/Twitter

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici