“J’ai rien fait, m’sieur, c’est pas moi, j’le jure!” Libre, le djihadiste Flavien Moreau se dit innocent

Photo/Internet
Photo/Internet

Sorti de prison lundi, le djihadiste Flavien Moreau avait expliqué n’avoir rien fait de mal en Syrie lors de son procès, le 17 octobre 2014. Il prétend n’avoir pris part à aucun combat et n’avoir fait qu’“un peu de surveillance et un peu de police”. Un véritable enfant de chœur si on l’écoute.

Pire, il prétend même faire dans l’humanitaire. “Et puis aussi aider les blessés avec [son] brevet de secouriste.” Mère Thérésa et Soeur Emmanuelle n’ont qu’à se rhabiller, wallah Flavien Moreau le djihadiste, qui débarque pour sauver le monde en Syrie. Un humaniste? Un saint! Son entreprise terroriste? Sauver des vies bien sûr!

La raison de son départ de Syrie? “J’avais mal fait mon paquetage et j’avais envie de fumer, j’aurais dû me sevrer avant”, prétexte-t-il sérieusement. Comme c’est balot, c’est vrai ça, devoir renoncer à un aussi beau projet humaniste pour des simples clopes.

En réalité, d’origine coréenne, l’homme qui manie mal les armes, ne s’intègre pas à sa “katiba” et rentre en Europe, après avoir été expulsé de Turquie fin novembre. Mais celui qui répond à de multiples surnoms — “Adam”, “Le Chinois” ou “Abou Souleyman” — veut absolument retourner faire le djihad.

Une détermination qui tranche avec l’image du paumé qui ne savait pas vraiment ce qu’il y faisait, que tente de dépeindre les médias abonnés à la culture de l’excuse et à la dhimmitude.

Source: France Info

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici