Pourquoi la justice pakistanaise annule-t-elle finalement la condamnation à mort de Musharraf?

Pervez Musharraf Photo: Flickr
Pervez Musharraf Photo: Flickr

Ce lundi, la justice pakistanaise a annulé la condamnation à mort par contumace de l’ancien président et général Pervez Musharraf, arguant que la cour spéciale l’ayant déclaré coupable de trahison était inconstitutionnelle, a appris l’AFP auprès d’un procureur en charge de l’affaire.

“Le dépôt de la plainte, la constitution du tribunal, la sélection de l’équipe de l’accusation sont illégaux. (…) Le jugement complet a été annulé”, a déclaré le procureur Ishtiaq A Khan, qui défendait le gouvernement pakistanais devant la Haute cour de Lahore (Est).

Malade et en exil à Dubaï, Pervez Musharraf avait été condamné à mort par contumace pour haute trahison, le 17 décembre 2019, pour avoir instauré l’état d’urgence le 3 novembre 2007. “Le terrorisme et l’extrémisme sont à leur apogée“, avait-il justifié. Cette mesure, levée en décembre 2007, avait fini par causer sa chute moins d’un an plus tard.

Aujourd’hui âgé de 76 ans, le général Musharraf était parvenu au pouvoir par un coup d’État sans effusion de sang en octobre 1999, puis s’était autoproclamé président en juin 2001, avant de remporter en avril 2002 un référendum. Il était resté à la tête du Pakistan jusqu’en 2008.

Sous le règne de ce stratège connu pour son franc-parler, admirateur de Napoléon Bonaparte, le Pakistan avait vu sa croissance économique décoller, sa classe moyenne se développer, les médias se libéraliser et l’armée jouer la carte de l’apaisement face à l’Inde rivale.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici