Flavien Moreau, le premier djihadiste français condamné à son retour de Syrie, sort de prison

Le djihadiste Nicolas Moreau/Capture d'écran
Le djihadiste Nicolas Moreau/Capture d'écran

Le premier djihadiste français condamné à son retour de Syrie, Flavien Moreau, a été libéré ce lundi de la prison de Condé-sur-Sarthe, dans l’Orne où il était incarcéré, a annoncé l’administration pénitentiaire.

L’homme, aujourd’hui âgé de 33 ans, avait été condamné en novembre 2014 à sept ans de prison ferme, le maximum de la peine requise lors de son procès.

Après avoir basculé dans la délinquance (13 condamnations), ce jeune homme d’origine sud-coréenne, adopté à l’âge de 2 ans par une famille française, s’était converti à l’islam au contact d’amis et de voisins, avant de se radicaliser puis de partir en Syrie. Il avait rejoint un groupe islamiste radical, mais n’était pas resté longtemps sur place.

Au procès, il prétendu n’avoir jamais combattu dans les rangs de l’État islamique, admettant seulement avoir fait “un peu de surveillance et un peu de police”. Il ouvre ensuite un restaurant à Raqqa, la capitale de Daech, et il fréquente les islamistes “français” y compris les futurs terroristes du 13-Novembre.

Rentré en France, il avait été repéré par les services antiterroristes et arrêté en janvier 2013 alors qu’il prévoyait de retourner en Syrie.

Flavien Moreau est le premier condamné de retour de Syrie, à sept ans de prison, en novembre 2014. Son frère Nicolas a été condamné en janvier 2017 à dix ans de prison.

Lors de son séjour en prison, il a plusieurs fois menacé les surveillants en déclarant “Je vais vous planter“. Il avait été placé pour cette raison dans le quartier disciplinaire (QD).

Désormais il a purgé sa peine et il est libre, sous une surveillance policière dont on connaît l’efficacité…

Il est suivi dans le cadre d’une surveillance judiciaire par un juge d’application des peines et un service de probation, a précisé une source judiciaire.

Sa sortie s’accompagne ainsi de diverses obligations et interdictions: il doit notamment résider à un endroit déterminé, recevoir des soins et avoir un emploi. Il lui est, en outre, interdit de détenir une arme ou de quitter le territoire sans autorisation.

Ces mesures doivent durer 11 mois et 18 jours car elles sont assises sur les réductions de peine qu’il a pu obtenir quand il était en détention.

Source: AFP

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici