À Saint-Étienne, un jeune homme poignardé par deux racailles pour être intervenu dans un vol à la tire

Image d'illustration/Fotolia
Image d'illustration/Fotolia

Lundi soir, un jeune homme qui avait tenté de récupérer le sac d’une dame, arraché par un voleur à la tire dans un train régional près de Saint-Étienne, a été violemment agressé par deux “jeunes” qui seraient peut-être les complices du voleur. Tabassée puis poignardée par les deux individus, la victime a été sérieusement blessée. Les deux agresseurs ont été interpellés et placés en détention. Le voleur court toujours.

Lundi 6 janvier, vers 19h30, une femme qui voyageait à bord d’un TER dans la région de Saint-Étienne voit son sac à main arraché par un voleur qui s’enfuit du train à la gare de Saint-Chamond.

Un jeune homme, présent dans le train, et qui avait assisté à la scène, se lance à la poursuite du malfaiteur sur le quai. Mais l’individu est trop rapide et le jeune voyageur est obligé de remonter à bord du train.

C’est alors que deux “jeunes”, visiblement issus de l’immigration, s’en prennent à lui, lui reprochant son intervention. Les deux racailles sont-ils les complices du voleur? En tout cas, ils vont violemment agresser le jeune homme.

En effet, alors que le train arrive à la gare de Châteaucreux, à Saint-Etienne, les deux “jeunes” se mettent à faire tomber une pluie de coups de poings sur le jeune homme et l’un d’eux lui portera même un coup de couteau au bras.

Le train à l’arrêt, les deux agresseurs prennent la fuite à toutes jambes, abandonnant leur victime sérieusement blessée à bord de la rame. Leur course ne passera pas inaperçue des policiers sécurisant la gare, et ils seront tous deux interpellés, non sans avoir frappé au préalable les fonctionnaires à plusieurs reprises.

Les deux “jeunes” seront placés en garde à vue au commissariat de Saint-Étienne. L’auteur du coup de couteau est un immigré guinéen résidant à Feurs (Loire) et l’autre est un homme de 21 ans dont on ignore le profil exact, et vivant à Saint-Étienne.

Les deux agresseurs ont été mis en détention dans l’attente d’un jugement en comparution immédiate pour violences volontaires avec arme, rébellion et vol en réunion. Le voleur à la tire n’a toujours pas été retrouvé.

Source: Le Progrès

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici