DÉCRYPTAGE. Chrétiens de gauche et juifs de gauche: une calamité française

Image d'illustration/Facebook
Image d'illustration/Facebook

On pourrait s’attendre à ce que catholiques, protestants et juifs s’élèvent avec la première énergie et la première sévérité contre l’islamisation accélérée de notre pays. Après tout, avant même d’être une idéologie ennemie de la laïcité, l’islam est une religion concurrente du judaïsme et du christianisme, et qui veut prendre leur place. Mais, en France, la gauche parle toujours beaucoup plus fort que la droite. C’est vrai pour les partis, mais c’est également vrai pour les églises, les temples et les synagogues. Et c’est une catastrophe.

Imaginez que vous êtes un chrétien de droite, que vous dites à vos amis chrétiens que l’islam est une religion extrêmement dangereuse pour la France et qu’il faut lutter contre elle par tous les moyens légaux à notre disposition.

Que va-t-il se passer? Vos amis chrétiens de gauche vont vous tomber dessus comme un mur de briques. Ils vont vous dire que vous n’êtes pas fidèle à l’idéal du vivre-ensemble, que les musulmans sont nos frères et les premières victimes de l’islamisme, que rien n’est plus important que la tolérance, que Mahomet était un homme de paix et d’amour, que le Pape François vous gronderait très fort s’il vous entendait, etc. Ils vont, en réalité, tenter de vous faire taire en vous culpabilisant, voire même en vous accusant d’être un mauvais chrétien.

Imaginez que vous êtes un juif de droite et que vous dites à vos amis juifs que l’islam est une religion extrêmement dangereuse pour la France, et qu’il faut lutter contre elle par tous les moyens légaux à notre disposition.

Que va-t-il se passer? Vos amis juifs de gauche vont vous tomber dessus comme un mur de briques. Ils vont vous dire que vous ne devriez pas parler si fort, que mieux vaut garder ces idées-là pour vous, que vous allez attirer des ennuis à la communauté, que vous faites le jeu de l’extrême-droite, que vos ancêtres morts pendant la seconde guerre mondiale vous gronderaient très fort s’il vous entendaient, etc. Ils vont, en réalité, tenter de vous faire taire en vous culpabilisant, voire même en vous accusant d’être un mauvais juif.

Chez les juifs comme chez les catholiques, c’est donc la même chanson, le même chantage affectif, la même condamnation politique, la même menace religieuse. Tu es de droite, tu n’aimes pas l’islam, tu dis ce que tu penses: trois raisons de te trouver gênant, voire abject.

Et, pour être tout à fait complet, la situation n’est pas meilleure chez les athées. L’athée de droite doit faire attention à ce qu’il dit: à la moindre allusion à la barbarie de l’islam, il se retrouvera taxé de crypto-néo-nazisme par les athées de gauche, innombrables, qui forment l’électorat socialiste et communiste.

Mais on peut comprendre qu’un athée ne s’intéresse pas fondamentalement à l’islam. La religion, c’est pas son truc. Il n’y comprend rien et ça le dégoûte. Mais, venant des juifs et des chrétiens, ce refus de combattre est beaucoup moins logique, et beaucoup plus grave. Car il est absolument certain que, si l’islam finit par l’emporter, les églises et les synagogues seront en très grand danger, comme elles le sont partout dans le monde musulman, quand elles ne sont pas littéralement pulvérisées.

Pourquoi ce “gauchisme religieux” en France? Les raisons historiques sont innombrables, mais on peut en citer deux en priorité. Chez les chrétiens, l’Église a été infiltrée du sol au plafond par les thèses marxistes, et le Pape François en est un exemple frappant. Chez les juifs, la figure de Trotsky, idole des intellectuels français, et la logique “qui n’est pas de gauche est un nazi”, inventée par Staline, ont fonctionné à plein régime.

Le temps est venu de demander aux chrétiens de gauche et aux juifs de gauche de choisir leur camp. Soit ils continuent à considérer qu’être de gauche est plus important que d’appartenir à leurs communautés, ils abandonnent toute velléité de combattre réellement l’islamisation de la France, et ils se dénoncent eux-mêmes comme des participants très actifs à la débâcle générale. Soit ils comprennent que leur gauchisme est l’ennemi juré de leurs religions et l’allié prioritaire de l’islamisme, et ils rejoignent les rangs de ceux qui refusent cette débâcle. Par foi, par instinct de survie, par courage, par patriotisme et par honnêteté intellectuelle.

La blague a assez duré. Il n’est plus question de se laisser censurer par ceux qui nous ressemblent le plus, mais veulent nous réduire au silence pour nous imposer leur idéologie lâche, hypocrite, misérable et toxique, qui n’a rien donné d’autre de concret au monde que des fosses communes.

Un juif célèbre a dit un jour: “Que votre oui soit un oui, que votre non soit un non.” Cette phrase résonne de manière particulièrement importante en ce moment. Il est temps que le “non à l’islamisation” des chrétiens et des juifs soit un “non”.

Et s’ils pouvaient s’entendre, le temps de dire “non” d’une seule voix, plus rien ne pourrait leur résister.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici