Après sa spectaculaire évasion du Japon, Carlos Ghosn visé par un mandat d’arrêt d’Interpol

Carlos Gohn/DR
Carlos Gohn/DR

Ce jeudi 2 janvier, les autorités libanaises ont reçu d’Interpol un mandat d’arrêt international visant Carlos Ghosn. Au terme de sa rocambolesque évasion, l’ancien patron de Renault-Nissan s’est réfugié lundi au Liban, dans un lieu de résidence encore inconnu.

“Le parquet général […] a reçu une notice rouge d’Interpol concernant le dossier Carlos Ghosn”, a indiqué Albert Sarhane, cité par l’agence de presse officielle ANI.

Carlos Gohn était assigné à résidence au Japon dans l’attente de son procès pour malversations financières. Dans une courte déclaration diffusée mardi, il affirme ne pas avoir “fui la justice”, mais avoir “échappé à l’injustice et à la persécution politique”. Il se disait victime d’être l’otage d’un procès truqué par les autorités japonaises.

Le fugitif est sous le coup d’une “notice rouge” émise à la demande d’un pays membre. Elle n’est rien de plus qu’une demande d’arrestation d’une personne recherchée, dans l’attente de son extradition et de sa remise à un autre pays.

Cependant, une notice rouge ne peut en aucun cas contraindre un État à procéder à l’arrestation de la personne recherchée. “Chaque pays membre décide de la valeur juridique à accorder à une notice rouge”, précise Interpol.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici