Meurtre de Sarah Halimi: des juifs remettent les pendules à l’heure

Photo/Facebook DR
Photo/Facebook DR

Le média Tribune Juive vient de publier une lettre ouverte à Emmanuel Macron, où des juifs français lui expriment leur indignation devant le refus par l’État de juger l’assassin de Sarah Halimi, et l’appellent à réagir.

Les détails de l’affaire commencent à être bien connus, mais l’État, via ses psychiatres, ses juges et leur refus obstiné de juger le coupable, a semé une telle confusion dans les esprits que l’on se demande par moments quels sont les éléments-clés du dossier.

Un passage en particulier de la lettre ouverte de Tribune Juive est extrêmement intéressant, et même indispensable, car il résume à la perfection le cœur du scandale en cours. Lisons-le avec attention.

La Justice française refuse de juger l’assassin islamiste… “alors même qu’il a été établi que Kobili Traoré est un délinquant multirécidiviste connu de son quartier et craint dans son immeuble, alors même qu’il est établi qu’il était un dealer de drogue et qu’il est lui-même un consommateur compulsif de cannabis, alors même qu’il a été condamné vingt-deux fois pour violences et vols, alors même que, lors de tous ses procès, les autorités n’ont jamais évoqué de quelconques troubles psychiatriques, et alors même qu’avant le 3 avril 2017, il a été incarcéré à quatre reprises, dont une peine d’un an qu’il venait d’accomplir, sans que jamais il ne soit évoqué un quelconque trouble psychiatrique.”

La phrase est longue, mais elle est claire et implacable, imparable. Toute l’hypocrisie de l’État est dévoilée d’un coup.

Moralité: il n’y a strictement aucune raison valable de penser que Traoré doit être déclaré irresponsable. Le cannabis, considéré finalement comme seul coupable dans cette affaire, constitue un alibi tellement pitoyable qu’il déshonore la justice française. Dans cette affaire, l’Etat est maintenant condamné à faire marche arrière.

Et s’il ne le fait pas, il ne sera plus jamais légitime pour nous dire qu’il nous protège contre le terrorisme. Quand on ne protège même pas la mémoire d’une vieille dame froidement massacrée au nom d’Allah, on ne protège plus personne.

Source: Tribune Juive

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici