Les Verts allemands veulent le droit de s’installer en Europe pour tous les “réfugiés climatiques”

Image d'illustration/Pexels
Image d'illustration Pexels

Les Verts allemands veulent que les réfugiés climatiques, c’est-à-dire les personnes qui subissent les conséquences du changement climatique, puissent “s’installer dans des pays sûrs”. L’instauration d’un “passeport climatique” permettrait alors d’y accéder. La motion est débattue au Bundestag.

La politicienne écologiste et vice-présidente du Bundestag, Claudia Roth, propose l’instauration d’un “laissez-passer climatique” pour les gens qui fuient des conséquences du réchauffement climatique.

Ce document pourrait “permettre aux réfugiés de s’installer rapidement dans des pays sûrs de leur choix et leur accorder des droits similaires à ceux des citoyens“. Une motion des Verts a été débattue au Bundestag ce vendredi.

Les écologistes demandent au gouvernement fédéral de s’impliquer davantage dans ce dossier. “La crise climatique est la cause de la migration, en particulier dans le Sud, qui a le moins contribué au réchauffement climatique“, a poursuivi Claudia Roth. “La protection du climat est donc une question de justice mondiale.”

En clair, les pays occidentaux, prétendument responsables du réchauffement climatique à l’échelle globale devraient accueillir sans limites et sans poser de questions tous ceux qui frappent à leur porte parce qu’il fait plus chaud chez eux.

Jusqu’à présent, cette question n’a pas reçu suffisamment d’attention en Allemagne“, observe Claudia Roth.

La vice-présidente du Bundestag estime qu’il est nécessaire d’agir, en particulier en ce qui concerne les citoyens des États insulaires du Pacifique qui menacent de disparaître, submergés par les eaux. Les habitants d’États tels que Tuvalu et Kiribati ne devraient pas devenir apatrides si leurs terres n’existent plus.

Le droit international demande que le statut d’apatride soit évité“, a déclaré Claudia Roth. La citoyenneté du pays d’accueil pourrait également être une option.

Source: Die Welt

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici