La débilité française: un produit “Made In Éducation Nationale”

Photo/7sur7 DR
Photo/7sur7 DR

L’Institut Molinari, think tank défenseur de la liberté économique, vient de rendre publics les résultats de sa grande étude sur l’Éducation Nationale. Les résultats sont affligeants, comme vous vous y attendez: le célèbre mammouth coûte trop cher et travaille mal: double-peine pour les parents contribuables! Mais un point mérite qu’on s’y intéresse particulièrement.

“La France, qui consacre 26,9 % de son PIB par habitant pour chaque élève et étudiant, arrive 21e sur 27 en Europe. Avec des dépenses beaucoup moins importantes (18 %), la Roumanie obtient de bons résultats. À l’opposé, la Finlande dépense presque autant que la France pour chaque élève et étudiant en proportion de son PIB par habitant (26,6 %), mais avec d’excellents résultats.”

Et l’institut Molinari de conclure: “À qualité égale, le système français pourrait réaliser 43 milliards d’économies sur les 155 milliards investis dans l’éducation, s’il se rapprochait du rapport qualité/prix des pays les plus efficaces dans l’adéquation avec le marché de l’emploi.”

Autrement dit, l’Éducation Nationale jette par le fenêtre un tiers de son budget pour financer autre chose que l’enseignement. Bureaucratie, corporatisme et gauchisme la plongent dans un marasme sans fin qui s’aggrave sans cesse, et que les énarques tentent de réformer du sol au plafond chaque année, ce qui aggrave le désordre.

Gardons à l’esprit les chiffres de l’Institut Molinari, et écoutons ce qu’en dit le chroniqueur de droite et excellent économiste H16. “Les Français paient d’énormes impôts, en retour de quoi ils ont maintenant une éducation catastrophique, pas même capable d’amener nos étudiants au niveau des pages les plus simples de Oui-Oui ou du Club des Cinq.”

H16 est clairement pessimiste. “L’égalité devant l’éducation est devenue une farce tragique où les riches et les éduqués sauront envoyer leurs moutards dans les institutions échappant à la débâcle et les autres s’enfonceront dans la misère intellectuelle et les débouchés de plus en plus étroits dans une indifférence feutrée.”

Et H16 passe tout ce petit monde au napalm. “Pour nos « élites », cela n’est pas forcément un problème tant un peuple idiot (mais pas trop) est facile à manipuler. On lui donne donc tout juste les capacités de déchiffrer les messages essentiels, on lui dorlote l’ego avec des diplômes de valeur décroissante dans des filières fumeuses, ce qui permet d’avoir des soldats intellectuels ressassant toujours les mêmes âneries culturelles (marxisme, collectivisme, égalitarisme de bazar), mais disposant de bases scientifiques et économiques déplorables autorisant toutes les manipulations.”

Là est le plus terrible: quand le système éducatif d’une nation s’effondre, et quand cette nation fait semblant d’être tout de même un modèle de culture, c’est tout l’avenir du pays qui disparaît en fumée. En deux mots: l’éducation Nationale nous fabrique de manière industrielle des crétins autosatisfaits qui, une fois aux commandes, seront incapables de prendre les bonnes décisions.

Quand on pense à la crise économique de la France, il convient de ne jamais oublier que les administrations et les entreprises sont aujourd’hui envahies par une génération qui n’a rien appris, qui ne sait pas grand-chose de la vie et ne comprend rien au commerce, tout simplement parce que l’Éducation Nationale est incompétente et idéologique jusqu’à l’os, et forme nos adolescents à être de bons petits syndicalistes, des artistes subventionnés, des psychologues low-cost et des sociologues de bazar.

L’Éducation Nationale devrait apprendre à nos enfants à aimer le commerce, la réussite, l’entrepreneuriat, l’ambition, la créativité, l’optimisme. Au lieu de quoi elle leur apprend à faire grève avec le PCF, les antifas et Greta Thunberg, bref, à haïr le monde où ils vivent.

Or, on ne peut pas améliorer ce qu’on hait.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici