Ce que Macron vous cache: Le coût d’un fonctionnaire de l’Assemblée Nationale

Assemblée nationale/Wikimedia Commons
Assemblée nationale/Wikimedia Commons

Le rapport des questeurs sur les comptes de l’Assemblée nationale n’a attiré l’attention des médias que sur les dépenses de taxis, alors que le gouffre financier se situe essentiellement sur les charges de personnel. Celles-ci s’élèvent à plus de 176 millions d’euros en 2018 sur un budget total de 539 millions.

Les charges du personnel représentent un tiers du budget total et 33,37% des frais de fonctionnement de l’Assemblée nationale. Près de 63% de ces charges concernent les rémunérations des personnels statutaires, qui se sont élevées à 109,77 millions d’euros en 2018. Soit une moyenne annuelle d’environ 106 988€ par fonctionnaire, et il y en avait 1 026 fin 2018.

L’Institut de Recherches Économiques et Fiscales avait révélé que les fonctionnaires de l’Assemblée touchent globalement des salaires très élevés, jusqu’à 2,5 fois supérieurs à la norme générale dans la fonction publique d’État.

Les secrétaires perçoivent, en moyenne, près de 6 000€ nets/mois et les agents (accueil, logistique) environ 4 800€; un employé du restaurant ou un gardien tourne à 4 200€, autant que le salaire moyen des cadres du privé, toutes catégories confondues. Sans oublier que les deux secrétaires généraux perçoivent 19 000€ nets/mois et les 19 grands directeurs, 16 000€.

Le rapport dévoile aussi que, outre la multitude de primes et autres avantages (assurance santé, prêts, jusqu’à 25 jours de congés supplémentaires, etc.), les fonctionnaires touchent des “allocations de fin de carrière”. En 2018, elles ont été en moyenne de 9 200€ par fonctionnaire partant à la retraite.

Source: IREF, Institut de Recherches Économiques et Fiscales

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici