Soumission! Quand le PCF se prosternait devant l’occupant nazi

Photo/Internet DR
Photo/Internet DR
26 juin 1940. La France est défaite. La Résistance naît. La Collaboration aussi. Et un parti collabore tout particulièrement, au point qu’il s’allie carrément aux nazis: le Parti Communiste Français.
Le 26 juin 1940, les communistes français écrivent aux Allemands pour leur demander l’autorisation de paraître l’Humanité sous l’Occupation. Ça secoue. Voyez quel langage ils tiennent aux nazis.
“L’Humanité se fixera pour tâche de dénoncer les agissements des agents de l’impérialisme britannique.Le PCF s’allie donc au totalitarisme nazi contre la démocratie anglaise.
L’Humanité se fixera pour tâche de poursuivre une politique de pacification européenne et de défendre la conclusion d’un pacte d’amitié franco-soviétique qui serait le complément du pacte germano-soviétique et ainsi créerait les conditions d’une paix durable“. Le PCF s’allie donc à la fois au nazisme et au communisme. Double-dose de totalitarisme. Double-dose de haute trahison. On ne peut pas faire pire.
“L’Humanité se fixera pour tâche d’œuvrer au redressement économique du pays en exaltant la mission créatrice des travailleurs, en s’efforçant de développer l’effort de production dans tous les domaines, tant dans l’agriculture que dans l’industrie.” Le PCF veut mettre les ouvriers français au service de l’Occupant. Non content de trahir son pays, il trahit la classe ouvrière française en proposant aux nazis de la mettre à leur service.
“L’Humanité se fixera pour objectifs de condamner l’impérialisme britannique, de dénoncer le Général de Gaulle et ses Appels à la Résistance et enfin de défendre la Paix avec l’Allemagne nazie.” Dès que l’Allemagne attaquera l’URSS, le PCF retournera sa veste. Mais pas avant. Tant que la SS est copine avec Staline, vive la SS.
Voilà le vrai PCF. Un parti qui ne se contente pas de courbettes devant l’occupant nazi: il se prosterne, il rampe, il lèche le parquet ciré de la Kommandantur. Il promet même de combattre la Résistance!
Le PCF, à cet instant de l’histoire de France, est un pur salaud, un vicelard, un lâche, un dénonciateur, un traître à la patrie et à sa propre cause, une abjecte organisation cachée sous des idéaux généreux, une mafia idéologique infiniment toxique, un trou noir moral, la honte de notre pays. Le mal, tout simplement.
Et c’est le même parti qui, aujourd’hui, insulte la France en la traitant de pays raciste! De pays fasciste! De pays traître à ses idéaux! Le PCF ne doit pas être seulement dénoncé, mais combattu comme il mérite d’être combattu: comme un parti de collabos. Et s’il s’allie maintenant aux islamistes, ce n’est pas du tout un hasard. Danser des slows langoureux avec les pires tueurs de son temps, c’est sa passion.
Quant à Georges Marchais (voir photo), il a passé la guerre en Allemagne, travailleur volontaire. Il n’a pas contenté de mettre ses mots et ses banderoles au service des Boches. Il leur a donné sa sueur. Ça, c’est du collabo, du vrai, qui mouille le maillot.
Le PCF prétend incarner l’avant-garde du communisme en France. Il n’est que l’arrière-train de l’Occupation allemande en 1940, et de la poussée islamiste en 2019.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici