Pourquoi Macron a-t-il décidé une journée d’hommage aux victimes du terrorisme le 11 mars?

Emmanuel Macron/DR
Emmanuel Macron/DR

Un décret publié au Journal officiel samedi 9 novembre fonde une nouvelle journée de commémoration. Tous les 11 mars, sera une journée nationale d’hommage aux victimes du terrorisme. Une annonce qui entre en vigueur quelques jours avant les commémorations des attentats du 13 novembre 2015.

Même lorsqu’il s’agit de faire une journée nationale, Emmanuel Macron s’obstine à y ajouter l’Union européenne. Il avait annoncé en février dernier sa volonté d’instaurer une journée nationale d’hommage aux victimes le 11 mars, s’alignant sur la date de la journée européenne qui commémore l’attentat islamique le plus meurtrier en Europe.

Le 11 mars 2004, des djihadistes d’Al-Qaïda ont fait sauté des bombes dans des trains de banlieue à Madrid, faisant près de 200 morts et 1 900 blessés. A la suite de ces attentats, le gouvernement socialiste porté au pouvoir démontrera toute sa faiblesse en retirant les troupes espagnoles d’Irak cédant ainsi à la terreur des djihadistes.

Si le critère pour cette journée était l’attentat le plus meurtrier, pourquoi n’a-t-il pas choisi le 11 septembre? C’est pourtant le 11 septembre 2001 qui reste l’attaque djihadiste la plus meurtrière. Mais Macron n’a pas le courage d’aller au bout de cette logique et continue son alignement sur la social-démocratie européenne dirigée par Merkel.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici