Manif anti-islamophobie: le 14 juillet des Frères musulmans

Photo/DR
Photo/DR

Attention, ça va tanguer: cet après-midi, les anti-islamophobes sont dans la rue. Ils vont exhiber leur immense indignation et leur gigantesque colère contre la France, ce pays raciste et fasciste. Mais, derrière leur bruit et leur fureur, il y a une organisation bien plus stratège qu’eux, rusée, patiente, redoutable: les Frères musulmans. 

Aux yeux de beaucoup de Français, les islamistes passent pour des débiles mentaux. C’est parfois exact, si l’on considère nombre de racailles, mais rien n’est plus faux concernant les Frères musulmans: ils sont les joueurs d’échecs, les théoriciens, les intellectuels de la conquête du monde par le Coran.

Leurs fondateurs ont lu avec attention les classiques de la stratégie militaire, de la guerrilla, du terrorisme, mais aussi de la négociation diplomatique, de la manipulation psychologique et médiatique… et ils ont également lu Lénine et Hitler, qu’ils considèrent comme des modèles.

Les kamikazes palestiniens veulent faire le plus de bruit possible. Les Frères, c’est le contraire. Ils avancent prudemment, méthodiquement, sur la pointe des pieds et en chuchotant. Ils préfèrent le camouflage à la Kalachnikov. Plus ils sont discrets, plus ils sont efficaces. Et ça marche: ils sont aujourd’hui bien plus dangereux que l’État Islamique et Al-Qaida additionnés.

Que font-ils en France? Trois choses. D’abord, ils séduisent les musulmans français, dont d’innombrables jeunes, par le biais d’organisations de façade. Ensuite, ils séduisent les élus locaux grâce à un chantage, toujours le même: “Si vous voulez la paix, confiez-nous la sécurité de vos quartiers difficiles. Nous sommes les seuls à être suffisamment respectés par vos racailles pour les empêcher de déclencher des émeutes.” Et si l’élu refuse, hop, une petite émeute. Convaincant, n’est-ce pas, Monsieur le Maire?

Et la troisième technique des Frères est la pression politique. C’est le moment où, après des années d’infiltration dans les banlieues et les administrations, ils montrent enfin leurs muscles. En france, ce jour est arrivé: c’est aujourd’hui, dimanche 10 novembre.

Qu’ont promis les Frères à la gauche? “Soutiens-moi contre l’islamophobie, et je te soutiendrai contre la réforme des retraites.” Et les rouges, en manque d’électeurs, signent le contrat. Les grandes grèves de décembre doivent impérativement être un succès (c’est-à-dire: semer la paralysie et le chaos dans tout le pays), et l’apport de la masse musulmane constituerait un renfort considérable pour la CGT.

Sarkozy a laissé les Frères s’installer confortablement dans nos institutions. Faute grave. Hollande n’a rien changé. Faute grave. Macron dit que c’est les affaires de la société civile et que ça ne le regarde pas, faute grave, et il crée un nouveau CFCM alors que le premier a été dévoré par les Frères, faute grave.

Si vous connaissez des gens de gauche, dites-leur de ne surtout pas aller à cette manif. Quiconque se rend au 14 juillet des Frères, en portera la responsabilité devant l’histoire.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici