Neuf tigres sauvés de la mort dans un camion par un élan de générosité des Polonais

Image d'illustration/Wikimedia Commons
Image d'illustration/Wikimedia Commons

L’histoire de neuf tigres ayant échappé de peu à la mort dans un camion italien bloqué à la frontière biélorusse a suscité un élan de solidarité en Pologne où une collecte de fonds a été lancée pour créer un refuge pour animaux sauvages en détresse.

Les sept fauves accueillis au zoo de Poznan, où ce refuge sera aménagé, ont recommencé à manger et reçu des vitamines et des sels minéraux.

Mais leurs portions de boeuf et de cheval — normalement entre cinq et six kilos de viande par jour — sont réduites de moitié, les vétérinaires estimant que, après un long jeûne, il serait dangereux de passer immédiatement à un menu abondant.

La collecte de fonds, dont l’objectif est de recueillir l’équivalent de 1,4 million d’euros, a déjà rapporté un quart de cette somme et les ouvriers étaient à l’oeuvre au zoo de Poznan vendredi pour aménager un box destiné aux deux tigres les plus affaiblis.

Selon les employés du jardin zoologique, les animaux, trois mâles et quatre femelles, sont toujours extrêmement stressés, peureux et agressifs à la fois. Deux autres fauves, en meilleur état, ont été accueillis dans un autre zoo.

Il n’est toujours pas clair qui est leur propriétaire actuel, le patron d’un élevage d’animaux sauvages situé près de Rome, d’où ils viennent, ou un zoo au Daguestan, une république caucasienne de la Fédération de Russie, qui les aurait reçus en cadeau.

Mais, selon la porte-parole du zoo de Poznan, il n’est pas question de remettre les fauves à l’un ou à l’autre. Cinq d’entre eux devraient aller plutôt dans un refuge pour animaux sauvages en Espagne, géré par l’association hollandaise Animal Advocacy and Protection.

Les félins devaient être transportés au Daguestan, mais après quatre jours de voyage, leur camion a été arrêté à la frontière entre la Pologne et la Biélorusssie, les douanes de ce pays opposant un prétexte administratif.

Lors d’un arrêt de quatre autres jours à la frontière, un tigre est mort. Fin octobre, une fois leur situation connue, les neuf autres ont été pris en charge par des zoos polonais.

Les deux chauffeurs italiens ont été inculpés pour maltraitance animale. Ils sont retenus en Pologne, ainsi que leur camion, où les tigres ont voyagé dans des cages beaucoup trop petites pour eux.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici