Il est le roi de la poisse mais est étrangement toujours bien assuré. L’arnaqueur enfin confondu

Image d'illustration/Pixinio
Image d'illustration/Pixinio

Ce jeudi 7 novembre, comparaissait devant le tribunal correctionnel de Vannes un homme avec une incroyable malchance. Ce chef d’entreprise de 42 ans, dont la société de courtage a depuis été liquidée a vraiment une poisse hors du commun, accident sur accident, mais pour chacune de ses aventures malheureuses, il avait souscrit en amont la police d’assurance adéquate.

Son magasin a pris feu, il s’est blessé à la main en bricolant, sa voiture a glissé dans une rivière, un incendie a ravagé son garage et détruit quatre véhicules… Pour tous ces dommages, il a touché 210 998€ d’indemnités, correspondant à 39 mois d’arrêt de travail, une chance dans la malchance.

Mais, cette fois, sa sortie de route à 10km/h qui aurait pu lui rapporter gros, ne passe pas. Les assurances, parties civiles, rappellent qu’il avait souscrit “des contrats haut de gamme qu’on voit rarement, sept ou huit de même nature, lui assurant, pour chacun un revenu de 100€ par jour”, quelques mois voire quelques jours seulement avant son accident.

Il s’avère que des attestations de médecins avaient été falsifiées et que le “blessé” se présentait en fauteuil roulant chez les médecins, mais se baladait immédiatement après sur ses deux jambes. “On est dans l’escroquerie pure”, assènent les avocats des assurances. La procureure, rappelle qu’il a quand même touché près de 150 000€ pour cet accident.

Le malchanceux bienheureux a tenté de se justifier sans succès devant le tribunal, qui l’a condamné à une peine de deux ans de prison, dont un avec sursis, et 30 000€ d’amende. Le prévenu devra aussi indemniser les compagnies d’assurances qui se sont portées partie civile, à hauteur d’un peu plus de 30 000€.

Source: Ouest France

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici