En Chine, Macron a fait une grosse, une très grosse bêtise

Photo/CBN/DR
Photo/CBN/DR

Macron, dit-on partout, revient de Chine avec 13,5 milliards d’euros de commandes. Mais Xi n’est pas le genre de garçon qui n’exige pas de contrepartie. Et, cette fois, nous risquons de la payer très cher.

Quand on lit la liste des engagements conclus entre Xi et Macron à Pékin, un paragraphe attire particulièrement l’attention.

“Favoriser les synergies entre les entreprises des deux pays dans les avions, hélicoptères, drones et systèmes de contrôle aérien.”

À la rigueur, on peut vendre à la Chine totalitaire tous les vins et toutes les viandes qu’on veut: bien d’autres présidents l’ont fait avant Macron. On peut même, en se bouchant le nez très fort, lui vendre des bateaux ou des avions.

En revanche, pousser nos fleurons technologiques à collaborer avec les entreprises du Parti communiste chinois sur le plan militaire, c’est une tout autre histoire. Car c’est tendre la croupe pour se faire fesser, voire bien pire.

Il n’a échappé à personne que la Chine de Xi est une gigantesque machine à espionner les compagnies étrangères, y compris et surtout celles qui travaillent avec elle, afin de les essorer commercialement… ou de leur voler mille secrets utilisables dans le domaine de la guerre.

À force de dire du bien de Xi et du mal de Trump, Macron n’a pas pu s’empêcher de jouer avec le feu stratégique. Maintenant, il faut prier pour que nos services secrets expliquent le plus vite possible à Manu le Rêveur que la fiesta pékinoise est finie, et que la défense de la nation passe avant les fantasmes de la start-up nation.

Source: Ouest France

2 Commentaires

  1. En contrepartie, Macron a obtenu des dirigeants chinois la reconnaissance du roquefort et du pruneau d’Agen. On ne lâchera rien de nos valeurs françaises universelles ! 😉

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici