Abus de pouvoir, agissements à caractère sexuel, népotisme, discriminations… Le commissaire général de l’Unrwa démissionne

Pierre Krähenbühl/Wikimedia Commons
Pierre Krähenbühl/Wikimedia Commons

Le commissaire général de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), le Suisse Pierre Krähenbühl, accusé depuis plusieurs mois d’abus de pouvoir, a “démissionné avec effet immédiat” mercredi.

Son départ soudain quelques heures après avoir été suspendu de ses fonctions par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, survient alors que l’Assemblée générale des Nations unies doit renouveler en décembre pour trois ans le mandat de cette agence qui dispose d’un budget pharaonique pour aider des millions de réfugiés palestiniens en Jordanie, au Liban, en Syrie et dans les Territoires palestiniens.

Interrogé par la chaîne de télévision suisse RTS, Pierre Krähenbühl a rejeté en bloc les accusations portées à son encontre. “J’ai rejeté ces accusations depuis le début et je continue à le faire“, a-t-il dit. “Il n’y a aucun cas de corruption, ni de fraude, ni de mauvaise gestion des financements reçus de donateurs“, a-t-il martelé.

La démission du commissaire général fait suite à un rapport interne sur le fonctionnement de l’Unrwa remis cet été au patron de l’ONU.

Ce document émanant du département éthique de l’Unrwa faisait état d’une mauvaise gestion et d’abus de pouvoir commis par un petit groupe de hauts responsables qui auraient contourné les mécanismes de contrôle de l’ONU.

Le document décrivait comme “crédibles et corroborés” des abus éthiques importants commis par des hauts dirigeants, dont Pierre Krähenbühl.

Parmi les accusations figuraient celles “d’agissements à caractère sexuel inappropriés, népotisme, représailles, discriminations et autres abus d’autorité, commis à des fins personnelles, pour réprimer des divergences d’opinion légitimes”.

Selon le document, Pierre Krähenbühl aurait lui-même noué une relation amoureuse avec sa conseillère principale, nommée en 2015, après un processus de recrutement “extrêmement rapide”.

Les résultats préliminaires de l’enquête “excluent” toute “fraude” ou “détournement de fonds” par M. Krähenbühl, mais font état de “problèmes de management”, avait précisé dans un communiqué mercredi Antonio Guterres, en annonçant la suspension administrative du commissaire général.

La Suisse a indiqué “prendre note” de sa démission en rappelant qu’elle suspendait toute contribution à l’Unrwa pendant la durée des investigations. Selon Berne, le rapport d’enquête définitif doit être publié fin novembre.

Pour certains responsables onusiens, la démission du Suisse est bien tardive. Elle intervient à un moment délicat pour l’Agence qui se bat depuis 2018 pour compenser un arrêt de financement des Etats-Unis.

Etats-Unis et Israël estiment que cette agence n’a plus de raison d’être dans sa forme actuelle.

En 2018, les Etats-Unis avaient mis fin à leur aide financière annuelle de 300 millions de dollars (270 millions d’euros) à l’Unrwa.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici