Guerre des bandes à Rennes: un blessé par balle

arme-de-poing/Pixabay
arme-de-poing/Pixabay

Une rixe a opposé une vingtaine de “jeunes” de deux bandes différentes, lundi 4 novembre, dans un quartier autrefois tranquille de Rennes. L’un d’eux a été blessé par balle à la cuisse et a été hospitalisé. Un autre a été roué de coups. Plusieurs douilles d’arme de poing ont été retrouvées sur place. Une enquête est ouverte.

Le quartier de la Bellangerais, au nord de Rennes, était un endroit calme et plutôt aisé, il y a quelques années. Aujourd’hui, des groupes de “jeunes” occupent le terrain; ils se livrent au trafic et les habitants se plaignent d’une situation entraînant un “sentiment d’insécurité” selon les autorité municipales.

Pourtant les faits qui se sont déroulé sur le parking du centre commercial du quartier lundi vers 18h sont particulièrement graves. En effet, à cet endroit, une vingtaine de “jeunes” issus de deux bandes rivales se sont violemment affrontés sous le regard inquiet des riverains.

Au cours de cette rixe, un jeune homme de 22 ans, dont on ignore pour l’heure les antécédents et le profil, a été blessé par un tir d’arme à feu à la cuisse. Un autre, âgé également d’une vingtaine d’années, a été roué de coups par ses adversaires.

Le blessé par balle a été conduit au CHU Pontchaillou par des connaissances avant l’arrivée de la police et des secours. Ses jours n’étaient a priori pas en danger.

La police, alertée par des riverains, s’est transportée sur place mais n’a pu procéder à aucune interpellation. Cependant, au moins 5 douilles d’arme de poing de calibre 9 mm ont été retrouvées sur les lieux.

Le parquet de Rennes a ouvert une enquête sur ces faits qui a été confiée à la police judiciaire. Hier soir, personne n’avait encore été interpellé, mais la présence de plusieurs caméras de vidéosurveillance à proximité des lieux devrait permettre de faire avancer les investigations.

Ce type d’événement ne peut que faire prendre conscience à nos compatriotes que même les quartiers autrefois calmes et tranquilles de nos villes de province sont peu à peu gangrenés par la violence et la drogue importées par une immigration hostile et criminelle.

Source: 20 Minutes/France Bleu/Ouest France

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici