Impuissance française. Depuis plus d’un an, le GIGN ne peut plus s’entraîner correctement

Descente en corde lisse/GIGN
Descente en corde lisse/GIGN

Le GIGN ne peut plus s’entraîner à descendre en corde lisse d’un hélicoptère, faute de financement et aussi à un imbroglio bureaucratique. Sans entraînement, l’unité d’élite perd de sa capacité opérationnelle.

“Nous sommes en train de perdre la capacité de descente en corde lisse d’un hélicoptère de manœuvre par le GIGN car il faut un entraînement récurrent. Cela représente une dépense de 500 000 euros et nous nous heurtons à une limite budgétaire”, a expliqué début octobre à l’Assemblée nationale l’ancien patron de la gendarmerie, le général Richard Lizurey.

Cela fait plus d’un an que l’unité d’intervention de la gendarmerie ne peut plus s’entraîner pour des raisons financières avec le GIH (Groupement Interarmées d’Hélicoptères), dont pourtant il a la responsabilité.

En cause, les armées considèrent que la gendarmerie nationale, qui a été rattachée en 2009 au ministère de l’Intérieur, doit rembourser les coûts résultant de l’emploi par le GIGN de sept Puma du GIH pour les missions d’entraînement.

Alors que les Français ont plus que jamais besoin d’avoir des forces de sécurité au top de leur capacité pour les protéger des dangers, notamment liés au terrorisme islamique, cette priorité n’est pas assurée par le gouvernement. La Macronie est incapable de protéger les Français et de donner aux forces de l’ordre les moyens de le faire.

Source: La Tribune

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici