Pseudo-journaliste de gauche, Audrey Pulvar veut décider à quel média Emmanuel Macron a le droit de parler

Audrey Pulvar/Wikimedia Commons
Audrey Pulvar/Wikimedia Commons

L’ex-journaliste (enfin, ça reste à prouver…), candidate aux élections municipales à Paris sur la liste de gauche d’Anne Hidalgo, Paris en commun, a fustigé samedi 2 novembre sur Franceinfo l’interview du Président de la République à Valeurs actuelles.

En pleine polémique sur le voile islamique et deux jours après l’attaque contre une mosquée de Bayonne, Emmanuel Macron a expliqué cette semaine ses choix en matières de politique migratoire et de lutte contre le communautarisme dans un entretien à l’hebdomadaire conservateur Valeurs actuelles.

Une interview vivement critiquée, le Rassemblement national y voyant une opération de communication d’un “communautariste” et La France insoumise lui reprochant d’alimenter un “climat de guerre civile”.

Audrey Pulvar s’est dit quant à elle “estomaquée”. Sa réaction est tellement grotesque qu’on en reste bouche bée. L’ancienne concubine d’Arnaud Montebourg s’arroge le droit de définir qui est fréquentable et qui ne l’est pas.

Je comprends mal pourquoi le Président de la République donne une telle résonance à un journal qui est un journal d’extrême droite, qui est un journal misogyne, qui a été condamné pour incitation à la haine raciale. Un journal d’un climato-scepticisme tellement caricatural qu’il en devient risible“, a-t-elle dénoncé.

Le Président doit parler à tout le monde, ont justifié les proches d’Emmanuel Macron. “Dans ce cas-là, il peut aussi donner une interview à Minute ou à d’autres journaux estampillés d’extrême droite“, a répliqué la candidate aux élections municipales à Paris sur la liste “Paris en commun”, proche de la maire sortante.

Je pense à tous ceux qui ont voté pour Emmanuel Macron et qui découvrent qu’en fait, ils avaient voté pour Nicolas Sarkozy“, a-t-elle ajouté. “Les masques tombent“, a-t-elle insisté, estimant très sérieusement et sans rire que le chef de l’État menait depuis deux ans une politique de droite.

Valeurs Actuelles est l’un des cinq magazines d’actualité hebdomadaires de dimension nationale, vendu à 100 000 exemplaires. Sa popularité fait qu’il est l’un des rares titres rentables de la presse française.

Son directeur général, Yves de Kerdrel, brossait, en 2013, le portrait de son lectorat: “un Français bourgeois, rural, de profession libérale, avec des préoccupations très provinciales. Il est contre le politiquement correct et contre le parisianisme“.

Pour la pseudo-journaliste gauchiste Audrey Pulvar, qui a toujours gravité dans les cercles du pouvoir, c’est visiblement déjà trop. Voire nazi.

Source: AFP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici